Forum Prison
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 13 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 13 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14

[Reportage-vidéo]Ducos, une prison au bord de l'explosion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Reportage-vidéo]Ducos, une prison au bord de l'explosion

Message  Tatie le Dim 05 Juin 2016, 09:39

Pour voir, savoir!


reportage à Voir ICI cliquez!

Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 13962
Réputation : 317
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Reportage-vidéo]Ducos, une prison au bord de l'explosion

Message  Tatie le Mer 22 Juin 2016, 08:16

complement



Ducos : les prisonniers n'en peuvent plus !
Mobilisation des détenus du centre pénitentiaire de Ducos. Ce matin, plusieurs dizaines de prisonniers ont refusé de réintégrer leur cellule après la promenade. Ils dénoncent des mauvaises conditions de détention. Les syndicats s'insurgent. Malgré tout, les tensions tentent d'être apaisées à quelques semaines de la visite du ministre de la justice en Martinique. Jean-Jacques Urvoas doit inaugurer la nouvelle extension de la prison. 21 juin 2016


vidéo à voir ici

un détenu témoigne et des images de l’état de la prison sont visibles!

la réponse à cette mutinerie est le transfert de certains détenus considérés comme meneurs, comme si ça allait rendre la prison plus vivable...

Édifiant !

Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 13962
Réputation : 317
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Reportage-vidéo]Ducos, une prison au bord de l'explosion

Message  Invité le Mer 22 Juin 2016, 11:31

la gale a été traitée, la dératisation (bien qu'il reste encore quelques rats), la peinture des cellules avant l'arrivée du ministre...
et les détenus confrontés à cette situation devraient avoir le sourire.., se taire, ne pas dénoncer, ne pas s'insurger...
cacher la misère de ducos c'est mettre un pansement sur une jambe de bois...
c'est inadmissible de voir comment ces détenus sont traités ou mal traités.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Reportage-vidéo]Ducos, une prison au bord de l'explosion

Message  Tatie le Mar 28 Juin 2016, 09:54

En prison : la télévision oui, le portable non

Les détenus (hormis les mineurs) sont autorisés à regarder les programmes de leur choix.

Depuis les années 80, la télévision est autorisée en prison. Elle est indiscutablement un instrument à faire passer le temps, tout comme le téléphone portable, qui permet d'accéder à Internet. Cependant, l'appareil reste prohibé. Pourtant, beaucoup de détenus en possèdent un.
A la prison de Ducos, comme dans le reste de la Martinique, on vit à l'heure de l'Euro, et les détenus, amateurs de ballon rond, exigent de pouvoir recevoir les chaînes qui diffusent les matches de football dans des conditions optimales. Ce qui ne semble pas être le cas. D'où la grogne, lundi, d'une cinquantaine de prisonniers. Un mouvement d'humeur que n'a pas du tout apprécié Patrick Louvounou, délégué national à l'outremer du syndicat national pénitentiaire Force ouvrière (SNP-FO). « Ces messieurs ont tout de même commis des actes répréhensibles, jugés ou non » , lance ce représentant du personnel de surveillance. « Ils sont nourris, logés, soignés, avec l'argent du contribuable, et ils se plaignent, alors qu'à l'extérieur, les malheureuses victimes n'ont pas autant de considération et de respect. Pour nous, syndicats, c'est trop. Les détenus sont perpétuellement insatisfaits. Plus on leur en donne, plus ils en veulent » . La mauvaise humeur de ces personnes incarcérées montre, quoi qu'il en soit, l'importance de la télévision. Elle est indiscutablement un instrument à faire passer le temps. Son entrée dans les cellules françaises date du début des années 80, sous Mitterrand. L'amendement ayant permis cette situation n'avait, à l'époque, pas été accueilli favorablement par le grand public, qui reprochait aux autorités la transformation des centres pénitentiaires en prisons quatre étoiles. Or, aujourd'hui, regarder la télévision en prison est devenu une occupation banale que personne n'entend remettre en cause. Toutes les cellules sont équipées d'un téléviseur. Au programme : TNT et chaînes distribuées par les opérateurs privés.

8 EUROS SEULEMENT PAR MOIS
Reste qu'en prison rien n'est gratuit. Le tarif est variable d'un établissement à l'autre. À Ducos, chaque téléspectateur devra débourser 8 euros par mois (tarif de masse que n'obtiendra jamais un citoyen lambda). Et pour les désargentés téléphages, c'est le ministère de la Justice qui prend en charge l'abonnement mensuel. L'accès aux programmes diffusés ne subit aucune restriction de contenu : les détenus (hormis les mineurs) sont autorisés à regarder les programmes de leur choix. « La télévision est vraiment pour certaines personnes leur seul moyen d'évasion » , fait observer Cyrille Berquier, secrétaire régional de l'Union fédérale autonome pénitentiaire (Ufap).
« Les condamnés qui se retrouvent seuls dans leur cellule ferment leur porte pour regarder leur feuilleton. Et il ne faut pas les déranger. Il y a quelques années, Marimar faisait un tabac ici » . Mais lorsqu'on se retrouve à plusieurs en cellule, les désaccords sur les programmes à regarder sont fréquents. « Quoi qu'il en soit, il ne faut pas enlever la télé des cellules. Quand ils y passent 15 à 16 heures dans une journée, s'ils n'ont pas quelque chose pour les calmer, ce sont des bêtes sauvages qu'on a potentiellement derrière les portes » , insiste Patrick Louvounou. Si les écrans de télévision sont autorisés et détendent, qu'en est-il des téléphones portables, et autres tablettes qui via Internet peuvent diffuser des images ? Officiellement, ces appareils sont interdits, mais en réalité, ils sont omniprésents. Il y a quasiment un portable par détenu. Certains en possèdent même plusieurs.

MAINTENIR LES LIENS AVEC L'EXTÉRIEUR
Malgré un nombre de saisies en constante hausse, ces dernières années, les personnels pénitentiaires semblent, pour l'heure, impuissants pour lutter contre ce système bien orchestré. « Le nombre de portables saisis est énorme » , assure le secrétaire régional de l'Ufap, Cyrille Berquier. Patrick Louvounou, délégué national à l'outre-mer de SNP-FO, parle, lui, de 1200 à 1500 téléphones récupérés par année. Les téléphones servent essentiellement à appeler la famille et les amis. Mais aujourd'hui, avec les smartphones, les détenus vont aussi beaucoup sur Facebook. Les réseaux sociaux permettent encore plus de maintenir les liens avec l'extérieur. Mais comment les mobiles entrent-ils en prison ? La plupart des téléphones entrent par le parloir, si l'on en croit les représentants des personnels de surveillance : ils sont amenés par les familles. D'autant plus facilement qu'elles ne sont pas fouillées. Tout comme les personnes incarcérées. « La fouille corporelle des détenus est interdite depuis la loi pénitentiaire votée en 2009 » , rappelle Patrick Louvounou. Enfin, certains téléphones sont projetés au-dessus du mur du centre (les fameuses frappes) par des complices et atterrissent dans la cour de promenade. Et le tour est joué!


quelques avis :
Ont-ils raison de réclamer plus de chaînes de télévision ?
Patricia:
Je trouve cela intolérable. Ils n'ont pas besoin d'avoir la télévision en cellule, ils sont en prison pour effectuer une peine. Aujourd'hui, ils réclament davantage de chaînes, demain que demanderont-ils encore ? Je ne trouve pas cela correct pour les parents des victimes, je parle surtout des prisonniers incarcérés pour meurtre et viol. Dire qu'il y a des personnes en situation de précarité dehors qui n'ont même pas de télévision. La prison n'est pas le club Med!

Raphaël:
La prison est en quelque sorte une forme de punition. S'il y a déjà des chaînes qui diffusent des matches et qu'ils peuvent les regarder, il ne faut pas se plaindre. Cela va dans le sens de la prison qui impose des règles. On ne peut pas punir quelqu'un et accéder à toutes ses demandes.

Louis-Philippe :
La demande est complètement infondée car la prison est quand même un lieu de sanction. Il faut limiter les services auxquels les prisonniers peuvent avoir accès. Ce ne sont pas des personnes libres. C'est la sanction et il faut la subir. La prison a quand même fait des progrès par rapport à ce qui existait antérieurement où l'on pouvait vous couper un bras. Le prisonnier d'aujourd'hui garde son intégrité corporelle. Il ne faut donc pas rentrer dans son jeu, sinon c'est l'engrenage.

Adico:
L'administration pénitentiaire étant déjà en crise, je trouve que c'est un peu difficile de répondre positivement à leurs demandes. Il y a d'autres préoccupations (manque de personnel, exiguïté des cellules). Les loisirs restent un aspect secondaire, il faudra se contenter du minimum.

Marc :
Tout acte répréhensible commis mérite une sanction, il est inconcevable de donner à un prisonnier des privilèges. La prison ne doit pas être un lieu de confort. C'est le monde à l'envers. Le détenu doit payer sa dette. La société ne doit pas fléchir.

Olivier:
Ils ont déjà la télé, c'est déjà bien, demander plus, il ne faut pas exagérer. Il appartient à nos décideurs de connaître leurs besoins, en faisant une distinction entre les présumés innocents et les condamnés sans oublier les récidivistes.

Yannick :
Il y a parmi les mécontents ceux qui aiment ou pratiquent le football et qui souhaiteraient voir plus de matches. Mais s'ils ont la possibilité de voir certaines rencontres, c'est déjà pas mal. Il faut se satisfaire de cela.

Olivier, retraité :
Malgré les polémiques pouvant être engendrées à ce sujet, il faudrait certainement voir le côté positif de la chose, à savoir que dans certaines conditions de détention, qui sont bien souvent critiquées par bon nombre d'ONG ainsi que par l'Observatoire international des prisons, cela peut ramener un peu plus de calme.


« Un facteur considérable d'apaisement »
Jean-Marie Delarue, conseiller d'État, a été, de 2008 à 2014, le premier Contrôleur général des lieux de privation de liberté. En 2014, dans son rapport annuel remis au président de la République, il s'était notamment intéressé aux moyens de communication en prison. Il avait insisté sur le droit à un téléphone portable dans tous les centres de semi-liberté, et un accès contrôlé en prison. « Un facteur considérable d'apaisement » , expliquait-il à l'époque. Dans un avis du 10 janvier 2011, le Contrôleur avait déjà estimé qu'« une réflexion s'imposait sur les conditions dans lesquelles ces appareils pourraient être utilisés, dès lors que les mesures de sécurité et de contrôle légitimes pourraient trouver à s'appliquer » .

Cellule disciplinaire
Si les personnels de surveillance fouillent une cellule et tombent sur un téléphone mobile, ils le signalent et le détenu est convoqué par le chef d'établissement qui peut alors le sanctionner, en l'envoyant en cellule disciplinaire (ex-mitard), pendant plusieurs jours.

Les brouilleurs
Autre moyen mis en place pour lutter contre les portables : les brouilleurs d'ondes. Mais à Ducos, ils ne sont pas assez performants. « Les détenus font tomber les compteurs quand ils veulent appeler » , confie Patrick L (SNP-FO). « Ainsi, ils continuent à gérer leurs affaires, à passer leurs commandes » , se désole, de son côté, Cyrille B (Ufap).

France-Antilles 27-06-16


Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 13962
Réputation : 317
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Reportage-vidéo]Ducos, une prison au bord de l'explosion

Message  Tatie le Mar 28 Juin 2016, 09:55

On voit comment tout est considéré comme privilèges

au pain sec, à l'eau et rien de plus, c'est le souhait de + en plus de personnes....

Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 13962
Réputation : 317
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Reportage-vidéo]Ducos, une prison au bord de l'explosion

Message  Invité le Mar 28 Juin 2016, 10:49

Sachant que Ducos fait plus parler d'elle pour ses atteintes à la dignité humaine et aux droits de l'homme, je trouve cet article et ses réactions étrangement polies et unanimes très inspirés par l'AP.

Amusant qu'en nous servant les clichés sur les victimes et le confort présumé de la prison le représentant du personnel de surveillance se soit arrêté après logés dans la célèbre phrase "nourri, logé, blanchi".

autre chose je croyais que "la fouille intégrale systématique" était interdite et qu'il était plus interdit de l'écrire que de la pratiquer. encore une approximation pour indigner le bon peuple.

...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Reportage-vidéo]Ducos, une prison au bord de l'explosion

Message  Invité le Mer 29 Juin 2016, 10:24

bonjour,

la télévision n'est pas un privilège car elle est payée par chaque détenu composant la cellule. le point de base est 8 euros, mais sachant que cette somme est multipliée par le nombre de détenus en cellule cette redevance peux passer à 8 euros x par le nombre de détenus soit une somme considérable pour l'état.
s'il était proposé des activités, les détenus ne seraient pas en permanence devant la télé... qui reste leur seule occupation.
tous ces témoignages sont indécents, nous n'oubions pas les victimes, mais nous souhaitons que les conditions de détention soient dignes des hommes qui ont commis
des délits quels qu'il soient.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Reportage-vidéo]Ducos, une prison au bord de l'explosion

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:03


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum