Forum Prison
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Tatie
 
Atipika
 
Mehdigwen
 
Lolotte29
 
Missa33150
 
audreydylan
 
soucaina
 
noemie14
 
emmazina
 
Marieme453
 


[Vidéo]Prison psychiatrique : La nef des fous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Vidéo]Prison psychiatrique : La nef des fous

Message  Tatie le Ven 28 Avr 2017, 09:26

Une plongée dans l'annexe psychiatrique de la prison de Forest(Belgique) avec des condamnés jugés irresponsables de leurs actes au moment des faits et internés dans ces cellules sans savoir pour combien de temps.
Un documentaire écrit et réalisé par Eric d'Agostino et Patrick Lemy.

avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 15944
Réputation : 341
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vidéo]Prison psychiatrique : La nef des fous

Message  Tatie le Ven 28 Avr 2017, 09:30

un article pour comprendre comment ça se passe en France

Les soins psychiatriques aux détenus en France

Les systèmes de soins psychiatriques en milieu pénitentiaire apparaissent très hétérogènes en Europe et dans le monde avec toutefois, le constat général d’une insuffisance d’accès aux soins.

Le système français s’articule autour de différentes structures de soins (Dispositifs de Soins Psychiatriques (DSP), Services Médico-Psychologique Régional (SMPR), Unités Hospitalières Spécialement Aménagées (UHSA)) avec pour objectif d’offrir aux personnes incarcérées le même niveau de soin que le reste de la population. L’indépendance des services de santé par rapport au système judiciaire ainsi que le respect rigoureux du secret médical en constituent les principes fondamentaux.

Les SMPR, au nombre de 26, forment le socle des soins psychiatriques en prison. Ils sont aménagés au sein de certains établissements pénitentiaires, mais rattachés aux établissements hospitaliers publics. Les cellules y sont gérées par l’administration pénitentiaire et les soins sont dispensés par une équipe multidisciplinaire dépendant de l’établissement hospitalier de rattachement, uniquement avec le consentement des patients accueillis (les soins sans consentement n’y sont pas possibles).

À noter que cette équipe soignante n’est présente que la journée, la surveillance nocturne étant assurée par l’administration pénitentiaire. Dans les établissements ne bénéficiant pas d’un SMPR, des consultations psychiatriques sont assurées par les DSP.

Toutefois, ces aménagements sont loin de répondre pleinement aux besoins de la population carcérale et les moyens mis en œuvre (personnels médicaux et paramédicaux notamment) restent largement insuffisants.

Des évolutions récentes…

Depuis 2010, les Unités Hospitalières Spécialement Aménagées permettent une prise en charge, en hospitalisation complète (libre ou sans consentement) des personnes détenues (hommes, femmes et mineurs) souffrant de pathologies psychiatriques. Sept UHSA sont opérationnelles actuellement (Lyon, Nancy, Toulouse, Orléans, Paris, Lille et Rennes). Deux établissements sont en cours de construction (Bordeaux, Marseille). Au total, ces 9 établissements offriront 440 places d’hospitalisation à temps complet.



Les UHSA ont été conçues avec l’objectif de remédier aux difficultés rencontrées jusqu’alors par les secteurs de psychiatrie générale pour accueillir les personnes détenues. En effet, lorsque l’état d’un détenu souffrant de trouble psychiatrique est incompatible avec le maintien en détention, le Code de Procédure Pénale permet le transfert de celui-ci vers un établissement public de santé mentale, en vertu de l’article D 398.

Cependant, la prise en charge se heurte alors à un certain nombre de problématiques, notamment le double rôle de soins et de privation de liberté confié à l’institution psychiatrique. Ces difficultés peuvent parfois être à l’origine de mesures d’isolement ou de contention physique non justifiées médicalement, ce qui constitue une atteinte aux droits de la personne, mais aussi un obstacle majeur à la mise en place de soins de qualité.

En UHSA, le personnel hospitalier assure la gestion interne des unités de soins : les personnes hospitalisées ont le statut de patient, et bénéficient à ce titre des mêmes droits que tout patient. Toutefois, ils gardent également un statut de détenu et poursuivent donc leur peine tout au long de l’hospitalisation, ce qui implique qu’ils restent soumis aux règles pénitentiaires et peuvent bénéficier des droits des détenus (parloirs, téléphone, etc.). Le personnel de l’administration pénitentiaire, qui reste extérieur aux unités (sauf en cas de situation d’urgence), est garant de la sécurité du bâtiment ainsi que des transferts.

Même s’il n’existe, pour l’heure, pas de données chiffrées sur le sujet, la création des UHSA a indéniablement permis une amélioration de l’accès aux soins psychiatriques des personnes détenues. Par ailleurs, certains indicateurs apparaissent prometteurs comme la légère diminution des taux de suicide en détention, même s’ils restent extrêmement élevés et largement supérieurs à la population générale.

Cependant, les capacités d’accueil restent largement inférieures aux besoins et les hospitalisations de personnes détenues dans les établissements de psychiatrie générale restent nombreuses, ne permettant pas un accès aux soins satisfaisant pour cette population.

… et des problématiques émergentes

La création des UHSA a été fortement critiquée. En effet, certains spécialistes ont pu dénoncer la mise en place d’un système de soins spécifiquement destiné aux patients souffrant d’une pathologie psychiatrique placés sous main de justice, comme s’il s’agissait de patients « particuliers ». Le renforcement des liens entre la psychiatrie en milieu pénitentiaire et la psychiatrie en milieu libre apparaît primordial pour éviter cet écueil potentiel. Il s’agit de donner priorité à la continuité des soins dans le parcours des patients.

Mais la principale dérive que voient émerger les praticiens exerçant en UHSA est très certainement la justification, par certains magistrats, de l’incarcération de personnes souffrant de trouble psychiatrique, au prétexte qu’elles seront, de par l’existence de ces structures, « mieux soignées » en détention. Il convient de souligner ici que la prison ne peut en aucun cas constituer un lieu de soins acceptable et cette utilisation détournée des UHSA constituerait un net recul pour la psychiatrie française.
the conversation-2016

avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 15944
Réputation : 341
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vidéo]Prison psychiatrique : La nef des fous

Message  Invité le Sam 29 Avr 2017, 01:21

je suis surpris qu'on aborde pas les UMD qui existaient avant ces UHSA et dont le fonctionnement est un peu différent.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vidéo]Prison psychiatrique : La nef des fous

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum