Forum Prison
Derniers sujets
» Présentation
par Atipika Aujourd'hui à 01:03

» Promesse d'embauche
par Elisa91 Hier à 13:54

» [Point de vue] message pour tous
par Atipika Hier à 13:01

» [Nos témoignages] la demande d’aménagement de peine
par Atipika Hier à 12:34

» femme de detenu
par raph83 Dim 22 Avr 2018, 13:56

» [Discussion] etre codétenu
par Atipika Dim 22 Avr 2018, 00:17

» Blocage au niveau de ma demande de permis
par Atipika Sam 21 Avr 2018, 23:56

» Maman&bidouille : Vague présentation
par relina07 Sam 21 Avr 2018, 14:13

» [Actu/OIP]Détenu(s) empêché(s) de renouveler leur carte d'identité
par mimi93 Mer 18 Avr 2018, 00:53

» incompréhension
par mimi93 Lun 16 Avr 2018, 22:30

» Incarcération prison Séville
par Atipika Lun 16 Avr 2018, 14:50

» BB Du Détenue B
par JENN Lun 16 Avr 2018, 05:27

» Présentation
par kali212 Dim 15 Avr 2018, 19:52

» Presentation
par kali212 Dim 15 Avr 2018, 19:39

» ancienne détenue
par kali212 Dim 15 Avr 2018, 19:37

» Présentation
par kali212 Dim 15 Avr 2018, 19:28

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 10 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 10 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Atipika
 
Cha263
 
Elisa91
 
charline8
 


[Vidéo]Casabianda, des barreaux dans la tête

Aller en bas

[Vidéo]Casabianda, des barreaux dans la tête

Message  Tatie le Lun 01 Mai 2017, 07:45

Un film de Antony Fayada

La prison de Casabianda, en Corse, reste un exemple unique en Europe. Une prison "ouverte" sans murs d’enceinte, sans barreaux aux fenêtres. Volontaires et triés sur le volet, les détenus viennent à Casabianda pour travailler et se réinsérer, car c’est également la plus grande exploitation agricole de l’île.
En 60 ans d’existence, les tentatives d’évasion ont été très rares, les actes de violence et les suicides quasi-inexistants. Casabianda est cité en exemple pour son faible taux de récidive. N’y a-t-il pas moins de danger à construire des prisons assurant la réinsertion de chaque détenu, qu'à faire des prisons sans âme, des "usines à captivité", des machines à briser l’individu où celui-ci se durcira et représentera, en conséquence, un danger encore supérieur à sa sortie ? À travers les portraits de plusieurs détenus, le réalisateur Antony Fayada a suivi sur une année, le fonctionnement de cette prison d'exception.



avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17008
Réputation : 362
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vidéo]Casabianda, des barreaux dans la tête

Message  Tatie le Lun 01 Mai 2017, 07:53

et pour completer :


Prisons surpeuplées, omnisurveillance, récidives pour perspective : les détenus en fin de peine et plus spécifiquement ceux ayant commis des infractions mineures, n’ont souvent pas les moyens de se préparer à leur réinsertion dans le monde libre. “Au fond de l’inconscient collectif, il y a cette notion que les détenus doivent payer par la souffrance”, lâche Robert Badinter, qui, garde des Sceaux, avait échoué à mettre en place un système de prisons ouvertes. Pourtant, en Finlande, en Allemagne et en Suisse, près d’un quart d’entre eux finissent leur peine en milieu semi-ouvert. Un système qui repose sur la confiance et sur le travail du détenu. Pour un coût trois fois inférieur à l’incarcération classique, ces solutions ont fait la preuve de leur efficacité sociale et économique. Un message pour la France, en retard sur la question en Europe, même si la réforme de Christiane Taubira entend innover avec la “contrainte pénale”, qui instaure une nouvelle peine en milieu ouvert.

Sas vers le monde libre
Bernard Nicolas a enquêté dans quatre pays sur les expériences de prisons sans barreaux, donnant la parole aux professionnels du monde carcéral, et aux détenus qui témoignent de leurs difficultés, de leurs espoirs et des avantages d’un tel accompagnement. En France, pourtant, malgré quelques rares tentatives, “punir” et “réinsérer” semblent encore difficilement conciliables. Exemples à l’appui, ce film fait la démonstration que la voie des prisons ouvertes, enjeu majeur pour les démocraties modernes, est possible.







est-ce que vivre la détention calquée au plus près d'une vie dans la société (horaire, travail, sociabilité) n'est-elle pas une solution plus acceptable, plus constructive que cette inaction, cette promiscuité, cet enferment 22/24h dans nos prisons traditionnellement construite en France?

faites vous votre idée en visionnant ces 2 reportages et venez en parler après
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17008
Réputation : 362
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vidéo]Casabianda, des barreaux dans la tête

Message  Tatie le Mer 03 Mai 2017, 13:26

personne n'a regardé?


ce genre de prisons est une bonne chose à mes yeux, parce qu'elle rapproche de la vie en société et que le retour à la vie civile en sera facilité, mais elles sont fermées à trop de profils, ça équivaut à dire que certains peuvent s’amender mais pas d'autres.
pourtant chacun a fait des victimes, directes ou indirectes, alors pourquoi ne pas proposer à tous?
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17008
Réputation : 362
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vidéo]Casabianda, des barreaux dans la tête

Message  Invité le Mer 03 Mai 2017, 16:18

J'ai regardé le reportage sur Casabianda.
Avec Borgo c'est une des premières prisons dont j'ai entendu parler.
Je voulais savoir s'il était dit dans le reportage à quel type de détenu cette prison s'adressait. Il faut attendre la moitié du reportage. Est-ce que cela explique pourquoi il n'y a pas de murs ? 
Les corses qui m'en ont parlé sont souvent amers de voir que des conditions plus humaines qu'ailleurs sont offertes à des détenus qui ailleurs sont parmi les plus mal considérés. 
Pourtant, On a le sentiment que les conditions y sont réunies pour que ceux qui y sont détenus accèdent à une nouvelle chance.

Je vous conseille de regarder ce reportage, ne serait-ce que pour les parloirs, les conditions de vie, l'accompagnement, même si la sanction à Casabianda c'est l'exclusion de Casabianda.

Il y a également une prison en Dordogne la prison de Mauzac dont une partie construite en 1985 fonctionne sur le même principe avec sensiblement la même population.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vidéo]Casabianda, des barreaux dans la tête

Message  Tatie le Mer 14 Mar 2018, 13:17

Le gouvernement songe à s'inspirer des prisons ouvertes scandinaves. Avec elles, la réhabilitation prime sur la répression : la société ne cherche pas à se venger du passé, mais à se protéger pour l'avenir.
La garde des Sceaux semble sur le point de réussir avec discrétion ce que sa prédécesseuse avait échoué à faire avec fracas : humaniser le système carcéral français. A l'Assemblée nationale la semaine dernière, Nicole Belloubet s'est en effet engagée à ouvrir au cours du quinquennat une quinzaine de « prisons à sécurité adaptée » , sur le modèle des prisons ouvertes scandinaves.


Prison : Macron veut limiter l'incarcération pour les petites peines
Des prisons « ouvertes » pour sauver le système pénitentiaire ?

Ces établissements, que j'ai eu la chance de visiter en Finlande, fonctionnent comme des prisons sans barreaux : généralement aménagés dans des zones rurales, ils ressemblent à des fermettes ou à des villages ouvriers, avec des bâtiments à taille humaine éparpillés dans un espace ouvert.

Les détenus, sélectionnés d'après leur comportement en prison fermée, possèdent la clef de leur chambre, entreprennent diverses activités durant la journée (études, travail, formation), ont accès aux distractions ordinaires et peuvent même recevoir leur famille ; bref, ils vivent leur vie le plus normalement possible, à ceci près qu'ils doivent suivre des règles qu'ils n'ont pas choisies et pointer régulièrement auprès de l'administration. Tous les efforts sont portés sur la réhabilitation : la société ne cherche pas à se venger du passé, mais à se protéger pour l'avenir. En somme, la prison devient ce qu'elle est supposée être : un lieu où l'on est privé de liberté et seulement de liberté.


L'idée des prisons ouvertes n'est pas nouvelle. Vantée par l'ONU dès les années 1950, elle a fait l'objet de nombreuses expérimentations en France, notamment en Corse, où le centre de détention de Casabianda occupe depuis l'après-guerre un domaine agricole de 1.500 hectares. Les détenus travaillent aux champs, à l'élevage ou à l'entretien de l'établissement. Les seuls barbelés sont dans leur tête, épreuve parfois plus terrible que d'être enfermé en cellule : c'est à chacun de prendre tous les jours la décision volontaire de ne pas s'enfuir. Et les résultats sont conformes à ceux des modèles étrangers : très peu d'évasions, une dépense bien moindre pour la collectivité et, surtout, un taux de récidive en chute libre.


Régulièrement, le sujet a été relancé, comme en 2010 avec l'excellent rapport de Paul-Roger Gontard remis au secrétaire d'Etat à la Justice. Mais, jusqu'à présent, la généralisation des prisons ouvertes se heurtait à une culture répressive qui fait de la prison un lieu de souffrance où l'on doit payer sa dette : peu importe au fond que la prison fabrique du crime, dynamique que Jacques Audiard a bien décrite dans « Le Prophète », du moment que les criminels y passent un mauvais moment (raison pour laquelle la France a été condamnée 17 fois par la CEDH pour traitements inhumains ou dégradants). Il semble que la garde des Sceaux soit décidée à inverser cette logique.

Je veux en effet croire qu'il ne s'agit pas seulement d'une énième tentative de désengorger les prisons en imaginant des peines alternatives. Les prisons ouvertes, si elles voient bien le jour, représenteraient un changement profond de philosophie pénale. Michel Foucault a montré dans « Surveiller et punir » comment l'émergence du système carcéral au XIXe siècle s'était fondée sur le châtiment et la surveillance, ce dont l'architecture des centres de détention témoigne trop bien.

Libéral à double titre
Foucault regrettait que l'on n'ait pas plutôt embrassé les thèses des réformateurs des Lumières, Cesare Beccaria en tête. Il s'agissait pour eux de rompre avec l'aspect moral de la punition. La peine devait, selon la formule de Beccaria, « faire l'impression la plus efficace et la plus durable sur l'esprit des hommes et la moins cruelle sur le criminel ». Ce qui me semble libéral à double titre : d'abord parce que le système pénal est envisagé du point de vue purement utilitariste d'un calcul coûts-bénéfices pour la société ; et ensuite parce que l'individu est considéré comme perfectible, à condition d'être placé dans des conditions qui favorisent l'esprit de responsabilité. Comme l'écrit Foucault, il ne faut pas viser l'offense passée mais le désordre futur. De manière à reconstruire le sujet du contrat social, plutôt que de le transformer en sujet d'obéissance (et de désobéissance).

Le plus naïfs ne sont pas ceux qu'on croit. Ce n'est pas en enfermant des hommes dans des cages que l'on construira un monde pacifié. La loi du talion fait parfois du bien aux victimes, mais trop souvent du mal à la société. Il est plus que temps de nous inspirer des penseurs des Lumières pour construire sur notre territoire des prisons modernes, efficaces et humaines.

Gaspard Koenig pour le monde 14-03-18


avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17008
Réputation : 362
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vidéo]Casabianda, des barreaux dans la tête

Message  Tatie le Mer 14 Mar 2018, 13:21

je ne sais pas si la ministre réussira à ouvrir ces 15 prisons puisque qu'on peut lire par ailleurs que certaines communes n'en veulent pas et l'ont déjà proclamé haut et fort!

mais changer la prison, accepter d'aller vers la réinsertion plutôt que rester dans le châtiment exemplaire que beaucoup réclament, me semble une bonne idée.
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17008
Réputation : 362
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vidéo]Casabianda, des barreaux dans la tête

Message  Tatie le Mer 14 Mar 2018, 13:30

Tatie a écrit:

Gaspard Koenig pour le monde 14-03-18


erreur , c'est pour" Les Echos" que cet article a été écrit
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17008
Réputation : 362
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vidéo]Casabianda, des barreaux dans la tête

Message  mimi93 le Lun 19 Mar 2018, 23:59

merci pour la vidéo;je ne savais pas que ce genre d'établissement existait;génial;on n'en parles pas;plus de réussite d'insertion;si cela pouvait étre plus accessible,plus de places.

mimi93
Habitué(e)
Habitué(e)

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 115
Réputation : 1
Age : 42
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vidéo]Casabianda, des barreaux dans la tête

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum