Forum Prison
Derniers sujets
» [Actu] puits sans fond, spirale infernale.
par Cedrissy Aujourd'hui à 14:03

» Besoin infos sur corbas
par Soso2607400 Aujourd'hui à 13:55

» Discussion autour de la prison : Brest
par Cedrissy Aujourd'hui à 13:51

» Queensy : presentation
par Queensy Aujourd'hui à 12:54

» [Actu]Il se passe ça aussi en prison
par Tatie Aujourd'hui à 10:07

» [Forum]à ceux qui passent
par Tatie Aujourd'hui à 09:59

» Many94 : Lunettes en prison
par Tatie Aujourd'hui à 08:23

» Discussion autour de la prison : Argentan
par Tatie Aujourd'hui à 08:18

» JOSS2401 : présentation
par Julie971 Hier à 20:23

» controle judiciaire, comment faire?
par JOSS2401 Hier à 12:00

» [info-discussion] La mixité en prison
par Tatie Hier à 09:39

» [discussion] incidents, drames ....
par Barbarella Hier à 08:41

» besoin d'aide, d'un avis svp
par Tatie Hier à 08:32

» Discussion autour de la prison : Lille-Sequedin
par Tatie Hier à 08:03

» [Discussion] on dit : c'est dur...
par Tatie Mer 18 Oct 2017, 19:27

» Julie971 : Présentation - détenu aux Baumettes
par Tatie Mer 18 Oct 2017, 17:51

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 13 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 12 Invités :: 1 Moteur de recherche

Sophie tute

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Tatie
 
Mehdigwen
 
Xenen
 
Queensy
 
Julie971
 
Ginaa
 
JOSS2401
 
Atipika
 
Cedrissy
 
Barbarella
 


[Histoire] En mai 1854, création du bagne de Guyane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Histoire] En mai 1854, création du bagne de Guyane

Message  Tatie le Mar 02 Mai 2017, 11:25




Le 30 mai 1854, sous le Second Empire, une loi relative aux travaux forcés officialise la création du bagne de Cayenne, en Guyane. L'objectif est de remplacer les bagnes des ports métropolitains, Rochefort, Brest et Toulon, mais aussi de peupler la colonie.

La « terre de la Grande Punition »
Dès la Révolution, Cayenne a accueilli des proscrits royalistes arrêtés à la suite du coup d'État du 18 Fructidor (4 septembre 1797). 65 députés et 35 journalistes furent ainsi condamnés à la « guillotine sèche ». À la suite du coup d'État de Napoléon III, la Guyane reçut encore trois mille prisonniers.

À partir de 1854, les bagnards, dits « transportés », sont astreints à des travaux forcés et parqués dans différents camps, à Cayenne mais aussi à Saint-Laurent-du Moroni, Sinnamary ou encore aux îles du Salut. Selon le principe du « doublage », les survivants ont l'obligation de résider dans la colonie pendant autant de temps qu'ils y ont été incarcérés, voire toute leur vie si leur peine est supérieure à huit ans. Ils reçoivent pour leur subsistance un lot de terres.

L'administration pénitentiaire espère de la sorte contribuer à la mise en valeur de la colonie, comme avec les convicts anglais en Australie. Mais sous le climat tropical, dans une nature profondément hostile, avec des hommes détruits par la brutalité de leur détention, cette tentative se solde par un échec total. En 1867, du fait d'une trop grande mortalité parmi les Européens, le bagne est réservé aux condamnés des colonies.

Les condamnés de la métropole sont alors dirigés vers le bagne de Nouvelle-Calédonie, ouvert en 1864, dix ans après Cayenne. Il accueille de nombreux Communards dont Louise Michel mais il est supprimé dès 1887 à cause de conditions de détention trop... douces !
C'est ainsi que les Européens retrouvent le chemin de Cayenne. La loi de relégation du 27 mai 1885 astreint à résidence en Guyane les condamnés récidivistes et certains petits délinquants. Certains de ces « relégués » sont astreints au travail forcé, d'autres simplement détenus. Parmi eux, le capitaine Alfred Dreyfus, incarcéré de mars 1898 à juin 1899 sur l'île du Diable, l'une des trois îles du Salut.

Le bagne sort avec lui de l'anonymat, et un peu plus tard, dans les années 1920, le journaliste Albert Londres va dénoncer avec brio les conditions d'incarcération. « Ici, morts vivants, dans des cercueils - je veux dire des cellules -, des hommes expient, solitairement », écrit-il devant des cachots de quatre mètres carrés.
Le 17 juin 1938, Gaston Monnerville, petit-fils d'esclave guyanais devenu sous-secrétaire d'État aux Colonies, fait voter une loi prévoyant enfin la suppression du bagne de Cayenne. Celle-ci ne deviendra effective qu'en 1946, quand la colonie sera érigée en département d'outre-mer.
Au total, la Guyane aura accueilli 52 000 « transportés » et 16 000 « relégués » ; la Nouvelle-Calédonie, 20 000 « transportés » et 10 000 « transportés ».








avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 16420
Réputation : 348
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Histoire] En mai 1854, création du bagne de Guyane

Message  Catlinel le Mer 03 Mai 2017, 14:06

J'ai déjà vu des reportages sur la Guyane et côté climat, faune et flore, c'est loin d'être une villégiature. Tu m'étonnes que ça n'ait pas marché leur tentative de colonisation...
Les photos font froid dans le dos. Les chiffres des déportés tout pareil.

avatar
Catlinel
Membre actif
Membre actif

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 94
Réputation : 9
Age : 39
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum