Forum Prison
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Tatie
 
Atipika
 
Mehdigwen
 
Lolotte29
 
Missa33150
 
audreydylan
 
soucaina
 
noemie14
 
emmazina
 
Marieme453
 


[Point de vue]Médecin à la MA de Rodez : Je me pose des questions sur l’utilité de la prison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Point de vue]Médecin à la MA de Rodez : Je me pose des questions sur l’utilité de la prison

Message  Tatie le Mar 09 Mai 2017, 09:27

Médecin à la maison d’arrêt de Rodez : «Je me pose des questions sur l’utilité de la prison»
Il ne souhaite pas que son nom soit mentionné. Nous l’appellerons Louis. Pendant 20 ans, il a été le médecin « officiel » de la maison d’arrêt de Rodez. Il nous livre sa vision de l’évolution de cet univers, de ceux qui le peuplent... et de l’utilité de la prison.

ous souvenez-vous de votre premier jour en tant que médecin pénitentiaire à Rodez et de ce qui vous a guidé dans cette démarche ?

Oui, c’était au tout début de l’année 1996. J’ai été diplômé de la faculté de médecine de Toulouse en 1985, et je n’étais pas du tout sensible au monde carcéral à l’époque. J’ai longtemps travaillé avec le Samu de Rodez et, en 1995, la loi pénitentiaire UCSA (Unité de consultation et de soins ambulatoires) est passée, le pénitentiaire a été rattaché au Samu. Il a fallu trouver un généraliste, ce fut moi ! À ce titre j’ai suivi une formation en médecine pénitentiaire autour du fonctionnement, des aspects psychologiques de la détention, de la toxicologie...


Vous avez connu la nouvelle maison d’arrêt, à Druelle, mais vous avez fait vos débuts en tant que médecin pénitentiaire dans l’ancien établissement, en centre-ville de Rodez...


C’est vrai, j’ai débarqué dans une prison ancienne, avec des cellules à six places. Toutes étaient occupées, il y avait déjà une surpopulation carcérale. Ce qui m’a marqué durant ma première semaine, c’est cet homme que j’ai rencontré et qui en était à une trentaine d’incarcérations...

Entre 1996 et 2016, avez-vous noté une évolution dans le profil des détenus ?

Dans les années 1990, pas mal de détenus l’étaient pour des affaires de mœurs. Aujourd’hui, beaucoup sont enfermés pour des affaires de trafic de drogue ou de toxicomanie. Et désormais, il y a des gens de tout le pays, surtout depuis l’ouverture du viaduc de Millau : policiers et gendarmes attrapent davantage les go-fast (convois rapides de drogue, NDLR). Il y a aussi de nos jours beaucoup plus de maladies psychiatriques, sans doute du fait que la prison coûte beaucoup moins cher que l’hôpital psychiatrique à la société. Concernant l’aspect médical, aujourd’hui, il y a une grande équipe à Druelle avec trois psychiatres, des psychologues, addictologues, éducateurs, quatre infirmières...

Quel était votre rôle au sein de la prison ?

Je m’y rendais deux fois par semaine mais aussi en cas d’urgence. On procédait à la visite d’entrée des détenus, dans les 48 heures après leur arrivée, je vaccinais, signais des certificats médicaux d’aptitude à l’isolement, à effectuer des travaux d’intérêt général... Syphilis, tuberculose, sida, recherche de MST... J’étais confronté à des pathologies comme dans les livres, c’était intéressant. Je devais aussi gérer les suicides et chantages au suicide, les grèves de la faim, les premiers jours de détention (qui sont souvent très difficiles), ceux avant la libération (qui peuvent l’être tout autant)... Il y a des gens qui ne voient jamais de médecin... sauf en prison. Beaucoup demandent des médicaments (notamment des régulateurs d’humeur) dès leur entrée en prison.

Quel type de rapports entreteniez-vous avec les détenus ?

Je ne demandais pas aux gens ce qu’ils avaient fait. Moins on en sait, mieux c’est. Et puis parfois il vaut mieux ne pas savoir, pour ne pas avoir de scrupules à soigner la personne...

Pensez-vous que la détention soit profitable aux détenus ?

Je me pose des questions sur l’utilité de la prison... sauf pour certains cas bien sûr. Il faut faire quelque chose, mais quoi ? Je ne sais pas. Cependant je pense qu’on ne va pas par hasard en prison. Beaucoup de détenus n’ont aucun repère, aucune barrière, ils ne savent pas se contenir. Beaucoup ne font rien, ne s’intéressent à rien... La solution, pour moi, c’est l’école.
centrepresse-08-05-17
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 15944
Réputation : 341
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Point de vue]Médecin à la MA de Rodez : Je me pose des questions sur l’utilité de la prison

Message  Tatie le Mar 09 Mai 2017, 09:30

"Il y a aussi de nos jours beaucoup plus de maladies psychiatriques, sans doute du fait que la prison coûte beaucoup moins cher que l’hôpital psychiatrique à la société."
on en revient toujours à la meme chose : la place des malades psy en prison faute de place et d'argent dans les établissements de soins.
si on règle ce souci là, il y aura moins de surpopulation et moins de problèmes en prison.
mais qui aura le courage de s'attabler à ce grand chantier humanitaire?
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 15944
Réputation : 341
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum