Forum Prison
Derniers sujets
» [Actu] puits sans fond, spirale infernale.
par Cedrissy Aujourd'hui à 14:03

» Besoin infos sur corbas
par Soso2607400 Aujourd'hui à 13:55

» Discussion autour de la prison : Brest
par Cedrissy Aujourd'hui à 13:51

» Queensy : presentation
par Queensy Aujourd'hui à 12:54

» [Actu]Il se passe ça aussi en prison
par Tatie Aujourd'hui à 10:07

» [Forum]à ceux qui passent
par Tatie Aujourd'hui à 09:59

» Many94 : Lunettes en prison
par Tatie Aujourd'hui à 08:23

» Discussion autour de la prison : Argentan
par Tatie Aujourd'hui à 08:18

» JOSS2401 : présentation
par Julie971 Hier à 20:23

» controle judiciaire, comment faire?
par JOSS2401 Hier à 12:00

» [info-discussion] La mixité en prison
par Tatie Hier à 09:39

» [discussion] incidents, drames ....
par Barbarella Hier à 08:41

» besoin d'aide, d'un avis svp
par Tatie Hier à 08:32

» Discussion autour de la prison : Lille-Sequedin
par Tatie Hier à 08:03

» [Discussion] on dit : c'est dur...
par Tatie Mer 18 Oct 2017, 19:27

» Julie971 : Présentation - détenu aux Baumettes
par Tatie Mer 18 Oct 2017, 17:51

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 14 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 14 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Tatie
 
Mehdigwen
 
Xenen
 
Queensy
 
Julie971
 
Ginaa
 
JOSS2401
 
Atipika
 
Cedrissy
 
Barbarella
 


[partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Tatie le Sam 27 Mai 2017, 11:38

ILS SONT EN TRAIN DE TUER FABRICE BOROMÉE
par lenvolee

Solidarité avec Fabrice Boromée

L'administration pénitentiaire veut éliminer Fabrice Boromée alors qu'il ne fait que demander un transfert en Guadeloupe pour être rapproché des siens.

Comme plus de 500 prisonniers originaires des DOM-TOM, Fabrice Boromée purge une peine en métropole, loin de ses proches. Il réclame son transfert en Guadeloupe depuis 2011. L’administration pénitentiaire (AP) fait la sourde oreille, et l’empêche même de se rendre à l’enterrement de son père en septembre 2012. Il tente alors de se faire entendre en « prenant en otage » un maton de Condé-sur-Sarthe avec Rachide B. Il réitère cette tentative de prise de parole à la centrale de Arles en 2014 : la justice qualifie de nouveau son acte d’« agression » et de « tentative de prise d’otage ». En septembre 2015, alors qu’il fait le tour des quartiers d’isolement (QI) des prisons françaises depuis trois ans et demi, le directeur de Vendin-le-Vieil lui fait miroiter sa sortie de l’isolement, mais il change d’avis à son retour de vacances et envoie son sous-directeur lui annoncer qu’il va y être maintenu : Fabrice retient le sous-fifre pendant deux heures. La justice répond systématiquement à toutes ses tentatives pour se faire entendre par des peines supplémentaires. Entré en prison pour une peine de huit ans, il en a maintenant plus de trente à faire. L’AP lui fait payer sa détermination en refusant de lui faire rejoindre la détention dite normale. Maintenu à l’isolement, sans cesse transféré (Fleury-Mérogis, Clairvaux, Lannemezan pour la seule année 2016, et maintenant St-Maur), entravé dans tous ses déplacements en prison (y compris lors de la distribution des repas), il fait l’objet d’insultes racistes et de passages à tabac de la part des matons.

Fabrice Boromée vient d'être transféré à la centrale de Saint-Maur, il est toujours à l'isolement, sauf que là l'administration pénitentiaire a transformé sa cellule en mitard en ajoutant une grille devant la porte. Il n'a pas de parloirs, les matons ont dissuadé l'aumônier de venir le voir en lui faisant croire qu'il était dangereux et qu'il s'en prendrait à lui en lui jetant de l'urine à travers la grille. La psychologue refuse d'intervenir au prétexte de conditions indignes et incompatibles avec l'exercice de ses fonctions. Le docteur, obligé de passer vérifier s'il est toujours vivant, se contente d'un « ça va » et repart. Son avocat se sent dépassé par la situation. Bref, au moment où tout ce petit monde devrait se réveiller, personne ne bouge.

Il est privé de toute activité, même de sport. Il est interdit de promenade le week-end sous prétexte que le chef de détention n'est pas là. Il est menotté et entravé, encadré par plusieurs surveillants armés de boucliers pour les rares mouvements qu'il fait en dehors de sa cellule, comme pour aller à la douche ; douche qui lui est aussi refusée le week-end. Les matons lui jettent sa gamelle à travers la grille comme à un chien.

Pour protester contre ces mesures, le 21 mai Fabrice a refusé de se laisser menotter et de remonter en cellule. Il a bloqué la douche de 9 heures à 15 heures pour demander son transfert immédiat en Ile-de-France.

L'administration pénitentiaire l'a averti : rien ne changera d'ici son probable transfert pour Réau en novembre. Associations, contrôleur des lieux de privation de liberté, etc., tous sont informés, mais aucune réponse de leur part à ce jour.

L'administration pénitentiaire de Saint-Maur cherche méthodiquement à éliminer Fabrice Boromée, dont elle ne sait que faire : cette torture a pour but de le pousser à bout jusqu'à ce qu'advienne l'irréparable et que l'administration puisse le tuer en toute légalité ou l'envoyer à vie en hôpital psychiatrique.

Il est important de lui écrire pour le maintenir en vie : autant pour lui témoigner de la solidarité, lui donner du courage, que pour montrer à l'administration pénitentiaire qu'il n'est pas seul et qu'elle ne peut pas faire ce qu'elle veut. Une carte postale, quelques mots suffisent.


Adresse : Fabrice Boromée, Maison centrale Bel Air, 36 255 Saint-Maur cedex


Dernière édition par Tatie le Sam 01 Juil 2017, 10:07, édité 1 fois
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 16420
Réputation : 348
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Tatie le Sam 27 Mai 2017, 11:40

si vous vous sentez concerné-es, si les conditions de détentions de cet homme vous indigne, si vous pensez qu'on peut être solidaire d'autres que les nôtres
n’hésitez pas à répondre à cet appel à l'aide
merci pour lui et merci à L'Envolée de permettre que cette situation soit dénoncée.
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 16420
Réputation : 348
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Tatie le Jeu 22 Juin 2017, 18:30

suite de cette histoire de plus en plus glauque !


DE PLUS EN PLUS CAUCHEMARDESQUE POUR FABRICE : EN GUISE DE REPONSE A SES DEMANDES DE TRANSFERT, L’ADMINISTRATION LUI JETTE UNE GRENADE ASSOURDISSANTE DANS SA DOUCHE

Depuis son refus de remonter de la douche le 21 mai dernier, Fabrice a reçu beaucoup de lettres de soutien à la fois d'autres prisonnières et prisonniers et de personnes extérieures. La directrice a été obligé de reconnaître qu'il y avait du monde pour le soutenir. Elle a cessé de lui répéter que c'était pas « ses petits copains de L'Envolée qui allaient le sortir de là... ». Elle a lâché un peu de lest en lui concédant l'accès à la salle de sport. L'entraîneur est néanmoins obligé de rester à l'extérieur de la salle et de lui parler à travers les barreaux...

Cette petite concession que ne change pas grand-chose à la situation de Fabrice. Rappelons qu'il est entravé dans tous ses déplacements, qu'il est interdit de promenade, de douche le week-end et que la pénitentiaire a construit une cellule de mitard spécialement pour lui dans le quartier d'isolement, avec une grille à terre à travers laquelle les matons lui jettent la nourriture comme à un animal.

Vendredi dernier, il a donc de nouveau bloqué la douche, le seul moyen qu’il ait pour réclamer son transfert immédiat en région parisienne où habite un ami qui lui rend visite - son seul parloir.

Cette fois-ci, la directrice a utilisé les gros moyens pour le dégager : les Eris, avec casques, boucliers et autres armes de toutes sortes, sont arrivés et ont lancé un grenade assourdissante dans la douche ! Fabrice est au mitard pour 30 jours supplémentaires. Il n'entend plus d'une oreille, il est très inquiet. Il est écrasé de chaleur tout la journée avec des maux de tête violents et permanents. Le médecin refuse de l'examiner, passant juste la tête à travers les barreaux du mitard.

Nous renouvelons donc notre appel émis il y a quelques semaines :

L’administration pénitentiaire de Saint-Maur cherche méthodiquement à éliminer Fabrice B, dont elle ne sait que faire : cette torture a pour but de le pousser à bout jusqu’à ce qu’advienne l’irréparable et que l’administration puisse le tuer en toute légalité ou l’envoyer à vie en hôpital psychiatrique.

Il est toujours aussi important de lui écrire pour le maintenir en vie : autant pour lui témoigner de la solidarité, lui donner du courage, que pour montrer à l’administration pénitentiaire qu’il n’est pas seul et qu’elle ne peut pas commettre l’irréparable. Une carte postale, quelques mots suffisent.

l'envolée -22-06-17
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 16420
Réputation : 348
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Tatie le Lun 26 Juin 2017, 15:29

Les gens de Ban Public se saisissent aussi du cas de cet homme

je vous donne à lire leur publication



Traitement inhumain et dégradant : du cas de Fabrice

Publié le lundi 26 juin 2017


Il est une idée communément répandue que la déportation n’existe plus en droit français ; que la déportation aurait été définitivement abolie par une ordonnance du 4 juin 1960 du général de Gaulle.

Pour autant, si l’action de déporter est d’obliger quelqu’un à quitter son territoire, soit pour l’obliger à s’installer ailleurs, soit pour le détenir hors de son territoire, elle existe toujours en droit Français.

C’est ce que subit Fabrice, français originaire de Guadeloupe, condamné en Guadeloupe mais qui a été envoyé en métropole pour exécuter sa peine initiale, peine qui ne cesse de s’allonger et de se durcir toujours un peu plus (menottes systématiques, réveils nocturnes, suppression de l’accès aux douches, etc.)

Une interdiction de territoire valant déportation

Fabrice a été condamné par le TGI de Basse Terre, condamnation assortie d’une interdiction de résidence en Guadeloupe, alors qu’il y a toute sa famille.

Cet homme, qui plus est, démunis de ressources suffisantes est donc privé de son droit effectif de maintenir des liens familiaux.

Et si à un drame de séparation, il n’en fallait pas un autre, il a été envoyé dans des établissements loin de la région parisienne, obligeant alors, si ses proches désirent le voir à ajouter au coût du voyage par avion, celui du train ou de la voiture pour se rendre dans nos prisons les plus reculées.

Honte à cette France qui prétend que la déportation n’existe plus, qu’elle a été abolie.

Traitements inhumains

Fabrice a des droits.

Mais un droit n’a de sens que s’il peut être effectif.

Le privant d’une possibilité d’exécuter leur peine dans leur territoire de résidence, soit parce que la justice en a décidé ainsi, soit parce que « faute de moyens » pour l’État – qui prône la réinsertion des détenus, qui inscrit le maintien des liens familiaux dans les textes de la République comme fondement à la réinsertion – qui ne peut construire d’établissements pour peine adéquat dans ces lieux, la France viole l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme et les libertés fondamentales et soumet Fabrice a un traitement toujours plus inhumain, se rapprochant dès lors de la torture.

Car Fabrice est toujours un peu plus rabaissé chaque jour où les mesures dites de sécurité sont constamment « renforcées » aux motifs d’une prétendue dangerosité de Fabrice. Si certes les incidents disciplinaires peuvent avoir lieu, Fabrice est maintenu à l’isolement de manière continue depuis plus de 5 ans soit disant pour des motifs de sécurité. Or, il est un fait certain, le maintien à l’isolement de Fabrice pendant de si nombreuses années n’a nullement eu pour effet de diminuer les incidents. Bien au contraire.

Les mesures de sécurité renforcée sont de deux types :

des mesures concernant tout déplacement dans la prison (sortie de cellule accompagné et menotté)
des mesures nocturnes par des réveils systématiques. Fabrice n’a pas manqué de saisir le défenseur des droits, le contrôleur général des lieux de privation de liberté ou le tribunal administratif si nécessaire.
Il alerte associations et médias régulièrement.

Mais ses actions sont restées vaines à ce jour.

Détourner les yeux de la souffrance d’un condamné

Qui se préoccupe de ces hommes et de ces femmes, détenu(e)s longue peine, qui subissent une peine supplémentaire à la seule privation de liberté ?

Classe misérable, classe dangereuse, dicte la morale populaire, qui se cache derrière un semblant de droit pour croire qu’elle n’inflige pas des peines dont le niveau de souffrance endurée dépasse celui seul de l’incarcération.

« Le ministre est sensible à votre interpellation. », peut-on lire dans un courrier du cabinet du garde des sceaux.

Sensible…

Fabrice n’a que faire de cette sensibilité.

Il veut pouvoir sortir de cet enfer que constitue l’isolement, être affecté en détention normale et veut pouvoir être proche de son frère.

Mais l’on se fout d’un miséreux qui dans sa souffrance, liée à l’incarcération et aux milliers de kilomètres qui le sépare de ses proches, a des réactions brutales face à une administration qui l’a relégué au fin fond d’une maison centrale.

Kafkaïen

Ban Public dénonce et demande

Ban Public dénonce la situation de ces hommes et ces femmes déportées et en particulier celle de Fabrice Boromée.

Ban Public dénonce l’hypocrisie de l’abolition de la peine de mort dont on fête pour la énième fois l’anniversaire car cette abolition n’a pas supprimé les peines afflictives de déportation et de Bannissement.

Ban Public exige :

L’abolition des peines complémentaires d’interdiction de résidence pour les résident(e)s d’outre-mer ;
Que le droit de maintenir des liens familiaux normaux soit effectif pour ces hommes et ces femmes déporté(e)s, comme ce droit existe pour les personnes condamné(e)s sur le territoire métropolitain.
Ban Public condamne la violation de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme pour ces hommes et ces femmes.

Ban Public demande :

La sortie de l’isolement de Fabrice Boromée ;
La suspension des mesures dites de sécurité : interdiction d’aller à la douche les week-ends, réveils nocturnes, etc. ;
Que toute personne sensible à la situation de Fabrice Boromée lui apporte son soutien en lui écrivant
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 16420
Réputation : 348
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Tatie le Sam 01 Juil 2017, 10:08

si vous êtes dans le coin :

CONFÉRENCE DE PRESSE JEUDI 6 JUILLET 2017, 11h
Café Chez Sylvia, 27 boulevard Poniatowsky, 75012 PARIS
(métro : Porte de Charenton)

organisée par:
L’Envolée (journal et émission de radio FPP vendredi 19h-20-30 )
L’association Ban Public
L’avocat Benoit David
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 16420
Réputation : 348
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Tatie le Sam 22 Juil 2017, 12:00

FABRICE BOROMEE : « Depuis le 13 juillet, je bloque le cachot »
par lenvolee




Depuis le mitard de la centrale de St Maur, le 17 juillet 2017

Depuis le 13 juillet 2017, je bloque le cachot – mitard - parce que je ne veux pas aller dans l’autre cachot, celui de la cellule 248 du quartier d’isolement (QI). ( Ndrl : L’Administration Pénitentiaire a construit une cellule spécialement pour lui sur le modèle du mitard avec grille et trappe sur la porte, voir courriers précédents publiés sur le site.)

Je sais que, chaque jour, la directrice et mes bourreaux veulent m’abattre ;

– que je n’aurai rien, ni sport, ni douche, ni promenade, ni possibilité de voir l’aumônier ou le psychologue ;

– que je serai menotté à la cabine téléphonique comme un esclave, comme un chien ;

– que le délégué du défenseur des droits a beau dire que c’est illégal en 2017, la directrice m’a clairement fait comprendre que c’est elle la patronne de la centrale de St-Maur, pas le délégué des droits et encore moins L’Envolée, Ban Public et l’OIP, et ça tant que je serai à St Maur ;

– qu’elle commence à en avoir marre des soutiens.

C’est le message qu’elle m’a envoyé au cachot, par l’intermédiaire de mes bourreaux. Sachez-le !

Je constate que, là, vraiment, le ministère ne fait rien pour me transférer de St Maur. Il attend qu’ils me tuent à St Maur. L’avocat David se bat pour moi, ainsi que L’Envolée et les autres mais c’est dur. Je pense qu’il faut faire remonter au conseil de l’Etat pour trancher tout ça. Je garde espoir qu’un jour je pourrai sortir de toute cette discrimination, de ce racisme, de cet isolement et de ce cachot. Je souhaite de tout cœur voir mon frère Eddy et tout le reste de ma famille. Sachez qu’au mois de septembre 2017, ils déterrent mon père parce qu’ on n’a plus d’argent pour payer le caveau encore cinq ans. Tout ça fait mal.

Je vous dis merci pour tout et gardez le courage et la force. Et toujours les poings levés, comme le grand homme, Monsieur Papillon.

Allez… Courage à tous.

L’ami Fabrice

Papillon 2017 !

971 Guadeloupe




PS de L'Envolée : Fabrice Boromée a été transféré à la centrale de Moulins, le 21 juillet 2017. Il nous décrira rapidement les conditions qui lui seront faites dans cet autre établissement. Rachide , un prisonnier dont nous avons souvent parlé vient, lui, d'arriver à la centrale de Saint Maur… placé immédiatement dans la même cellule d'isolement-mitard qu'occupait jusque là Fabrice.
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 16420
Réputation : 348
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Mehdigwen le Sam 22 Juil 2017, 14:14

Comment peut-on laisser faire un tel acharnement ? En espérant que ce soit moins pire à Moulins (même si ça ne répond toujours pas à sa demande de transfert en Guadeloupe)

Mehdigwen
Ancien(ne)
Ancien(ne)

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 329
Réputation : 18
Age : 48
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Tatie le Ven 28 Juil 2017, 18:28

des nouvelles par son avocat de sa situation et de son moral qui n'est vraiment pas bon

avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 16420
Réputation : 348
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Mehdigwen le Dim 30 Juil 2017, 22:21

Vu tout ce qu'il vient de vivre .... et vit encore, malgré toute sa force, sa détermination, il y a de quoi "fléchir" ...

Une personne a lancé une pétition en soutien à Fabrice : voici le lien pour ceux et celles qui souhaiteraient lui apporter un peu de soutien (même si je ne suis pas fan des pétitions sur change ....) https://www.change.org/p/a-fabrice-borom%C3%A9e?utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=petition_signer_receipt

Mehdigwen
Ancien(ne)
Ancien(ne)

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 329
Réputation : 18
Age : 48
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

[partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Atipika le Lun 31 Juil 2017, 12:10

Bonjour,
L'histoire de ce monsieur me choque énormément, comme j'imagine beaucoup de monde. On peut lui écrire où maintenant et bêtement je me demande: que peut on faire d'autre pour lui?
avatar
Atipika
Ancien(ne)
Ancien(ne)

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 313
Réputation : 15
Age : 43
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  ThaliaM le Lun 31 Juil 2017, 13:07

Medhigwen, Merci pour le lien. Pétition signée.

ThaliaM
Habitué(e)
Habitué(e)

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 115
Réputation : 5
Age : 33
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Mehdigwen le Mar 01 Aoû 2017, 15:24

Atipika a écrit:On peut lui écrire où maintenant, que peut on faire d'autre pour lui?
tu peux éventuellement poser ces questions sur le site de l'envolée ?
Au regard de ton nouvel avatar, tu seras peut-être sensible (et éventuellement d'autres membres aussi) à cet appel d' une partie des détenues du centre pénitentiaire de Rennes qui dénonce une note de service récente sur les règles vestimentaires .... : https://expansive.info/Soutien-aux-prisonnieres-du-centre-penitentiaire-de-Rennes-549

Mehdigwen
Ancien(ne)
Ancien(ne)

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 329
Réputation : 18
Age : 48
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

re-[partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Atipika le Mar 01 Aoû 2017, 20:18

Merci des conseils Mehdigwen et pour les 2 pétitions c'est fait.
avatar
Atipika
Ancien(ne)
Ancien(ne)

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 313
Réputation : 15
Age : 43
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Mehdigwen le Ven 25 Aoû 2017, 17:52

Un peu de nouvelles et pour ceux qui souhaitent lui envoyer un message de soutien, il y a ses coordonnées


Fabrice Boromée a été transféré le jeudi 20 juillet à la centrale de
Moulins. Son avocat Maître Benoît David est allé le voir, et il nous a fait un compte rendu de sa situation actuelle. Les conditions de sa détention ont encore été durcies : tandis qu'à Saint-Maur, Maître Benoît David pouvait le voir au parloir avocat non menotté, à Moulins il n'a eu d'autre choix que de le voir soit dans un bureau, menotté à une barre, soit à travers la grille de la promenade du quartier d'isolement. L'avocat a préféré le voir ainsi. De plus, Fabrice est toujours enfermé dans une cellule de force : tout le mobilier est en fer ; chaise,  table et lit sont rivés au sol. Faute de meuble de rangement, ses quelques affaires sont à même le sol au centre duquel s'ouvre une bouche d’égout dont s'échappent des odeurs nauséabondes en fin de journée. L'avocat a demandé à rencontrer la direction pour obtenir l'allégement de ces mesures et exiger son placement dans une cellule « normale ». Demande restée pour l'heure sans réponse.

Fabrice souffre encore des conséquences de sa détention à Saint-Maur,
suite aux grenades assourdissantes qui avaient été envoyées dans sa cellule. Suite à cet incident, on lui avait  interdit de sortir de sa cellule pour téléphoner à son avocat. Par ailleurs, l'eau lui a été coupée et il n'a rien eu à manger pendant trois jours. Le médecin n'est venu le voir que quinze jours après les faits. Quant aux demandes de parloir déposées à
Saint-Maur, sans surprise, certaines ont été « perdues », et doivent être redéposées auprès de l'administration de Moulins. Pour couronner le tout, le 21 septembre 2017, la concession funéraire du père de Fabrice prendra fin et son corps sera incinéré en son absence. Ça ajoute encore
à son abattement.

« J'ai trouvé Fabrice particulièrement déprimé, avec des idées très
noires... Je suis particulièrement inquiet », écrit Maître
Benoît David avant de rapporter ses propres mots : « Je
me sens seul, je n'ai plus d'espoir, je n'ai plus le goût de
continuer, je n'en peux plus, je suis traité comme un chien,
j'arrive à saturation. »

Une lettre, une simple carte... Écrivez à Fabrice Boromée.
Numéro d'écrou 15964
Maison centrale
Quartier d'isolement
Les Godets
03400 Yzeure Cedex

Mehdigwen
Ancien(ne)
Ancien(ne)

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 329
Réputation : 18
Age : 48
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [partenariat-L'Envolée] Appel à solidarité - Fabrice B

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum