Forum Prison
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine


[Débat] Parler prison aux enfants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Débat] Parler prison aux enfants

Message  Tatie le Mar 04 Juil 2017, 07:56

Comme il est dit dans ce sujet

http://forum-prison.forumactif.com/t31661-discussion-annoncer-l-incarceration
ce n'est pas si facile que ça de faire part à notre entourage de l'incarceration d'un proche

ça l'est encore moins auprès des enfants et ce, quel que soit l'age qu'ils ont.


pensez-vous qu'il faille le dire aux enfants ou pas?
si oui, comment  s'y prendre?
si non, pourquoi, et comment, gardez le secret?


ce sujet s'adresse à tous, meme si vous n'avez pas d'enfant, on a tous un avis et c'est important de le donner.

merci de vos éventuelles participations
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 16724
Réputation : 352
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Débat] Parler prison aux enfants

Message  Mehdigwen le Jeu 06 Juil 2017, 00:28

pas facile en effet de parler "prison" aux enfants.
Je pense cependant qu'il ne faut pas leur mentir. Après quand le dire, comment .... : on s'adapte en fonction des enfants, de notre état aussi (moral ...).
Je pense aussi que les enfants ressentent quand on ne va pas bien, quand il y a des non-dit ... ils peuvent s'imaginer des choses pires que la réalité ... l'absence soudaine du parent incarcéré non expliquée peut créer des inquiétudes ....
On ne peut pas non plus se dérober face à leurs questions (même si parfois on a besoin de différer la réponse).

Dans ma situation : mon ami n'est pas le père de mes enfants. Les aînés sont adultes, font leur vie : je leur en parle comme pour le reste de la famille, les amis .... dans les conversations courantes (je donne des nouvelles, ils m'en demandent aussi).
Le dernier des enfants a 8 ans : c'était impossible de ne pas lui dire : on vivait ensemble. Mon fils a posé plein de questions sur la prison (comment c'est à l'intérieur, où mon ami dort, qu'est-ce qu'il fait la journée .... ), il en a parlé à l'école. A la médiathèque, il a choisi un livre sur la prison (un "Max et Lili").
Ensuite, pour lui expliquer les raisons de l'incarcération, c'est ce qui a été le plus difficile pour moi. J'ai dû me "mettre au clair" avec moi-même (recevoir les questions de mon enfant, ça oblige à regarder la réalité en face). Ca aurait été bien plus facile si mon ami avait été incarcéré par erreur ou pour avoir défendu ses idées .... mais non .... En plus de lui expliquer les faits, je lui ai précisé aussi que c'est des choses importantes, graves (je n'ai pas envie qu'il puisse craindre lui aussi de se retrouver en prison "pour rien").
J'ai l'impression que mon fils est à un âge où il est assez sensible à ce qui est juste ou pas. C'est assez "carré" (sans nuance) : c'est bien/c'est mal, on a le droit de / c'est interdit de .... Pas simple de trouver les bons mots pour répondre à ses questions ....


Mehdigwen
Ancien(ne)
Ancien(ne)

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 428
Réputation : 18
Age : 48
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Débat] Parler prison aux enfants

Message  Delissima le Jeu 06 Juil 2017, 01:44

Personnellement je n'ai pas encore d'enfants mais si ça avait été le cas je pense que j'aurai expliquer la situation avec des mots simples sans entrer dans les détails mais en tout cas je suis contre le fait de le cacher à un enfant et défois on se rend compte que certains enfants savent faire preuve de maturité et qu'ils arrivent à faire face beaucoup mieux que ce qu'on s'imaginait


Delissima
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 27
Réputation : 1
Age : 34
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Débat] Parler prison aux enfants

Message  Tatie le Jeu 06 Juil 2017, 09:21

je pense aussi qu'il ne faut pas leur mentir, les enfants et ce, quel que soit l'age, ressentent les choses, sont sensible aux changements, ressentent les vibrations negatives ou positives et très vite ils se rendront compte que quelque chose ne va pas
Ils n'auront pas toujours les mots pour expliquer qu'ils ressentent un malaise, mais on peut parfois voir dans leur attitudes, dans les perturbations de sommeil ou d'alimentation, que ça les affecte
nous aurons peut-être du mal à trouver les mots pour rester dans le vrai sans que ça se transforme en souffrance ou en drame, alors, utiliser des mots simples, se servir d'un support comme livre ou vidéo, se faire aider par, un ami, un médecin ou un psychologue si on a trop de mal à le faire soi-meme peut aider à passer ce cap difficile.


de plus on demande aux enfants d'assumer leur bêtise, d’accepter les punitions, alors quel modèle on leur donne quand nous, on assume pas et qu'on tait la réalité?
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 16724
Réputation : 352
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Débat] Parler prison aux enfants

Message  Tatie le Sam 12 Aoû 2017, 09:36

Ban Public dans un article relaie des paroles de détenu-es au sujet de la vérité dite ou pas aux enfants

Toute vérité est-elle bonne à dire ?
Dire ou non la vérité (l’incarcération et sa cause) aux enfants fait partie des dilemmes qu’ont à résoudre la plupart des parents détenus. Charlie Bauer (1990, 387) en posait ainsi abruptement l’enjeu :
Qu’est-ce qui est plus important pour toi ? Ton plaisir à serrer ton enfant durant une demi-heure, la rendre heureuse pendant ces minutes, mais qu’elle souffre le vide de ta présence tout le reste de la semaine ? Ou bien t’effacer et ne pas lui imposer cette déchirure de la séparation, ce poids de l’attente, cette écorchure de l’absence ? Choisi, en allant à l’essentiel pour cette enfant en la préservant de ce que vous, adultes, vous avez à subir, à combattre.
Néanmoins, à travers les propos de certains parents, on peut souvent imaginer que leurs enfants n’ont guère été épargnés :

Mes gosses, bien sûr qu’ils savent pourquoi je suis en prison. Quand j’étais dehors, ils savaient quand je rentrais plein sang après une baston ! Et puis, quand j’ai tranché les trois doigts de mon beau-frère, c’est mon fils qui les a ramassés, alors... (Patrice, incarcéré au centre de détention de Bapaume)

C’est laborieusement que beaucoup de parents expriment à leurs enfants la vérité : celle-ci est pourtant largement reconnue comme une vertu, un devoir et un objectif. Les parents sont souvent gênés par un discours qu’ils estiment contradictoire : reconnaître la légitimité de la punition (sans laquelle ils considèrent que leur rôle éducatif serait contesté), simultanément au chagrin de la séparation (preuve de leur amour parental). De plus, certains actes sont particulièrement difficiles à expliquer. Tout le monde ne peut faire croire à son enfant que « Papa est en voyage d’affaires » ou que « la vie est belle », pour reprendre les titres des films de Kusturica (1984) et de Begnini (1998). La dissimulation de l’incarcération aux enfants dépend des ressources propres au milieu social : d’aucuns inventent des problèmes de santé, d’autres la prolongation du séjour au pays natal. C’est d’ailleurs parfois avec la complicité du personnel de surveillance que certains parents mentent sur leur détention.
Les enfants ne savent pas, pour eux, je suis au travail. Mon fils, il m’a dit : « Mais c’est la prison, ça ! » Moi je lui ai dit : « Je travaille en prison ! » Quand la surveillante est venue, je lui ai fait un clin d’œil et je lui ai dit : « Hein, je travaille en prison ? » Elle n’a rien dit ! Et lui, il me dit : « Maman, arrête de travailler. Viens, on rentre à la maison ! » C’est trop dur pour les gosses. (Jena, maison d’arrêt de Pau)

La question de dire (et comment le dire ?) les raisons et la durée de l’incarcération se pose lorsque les enfants connaissent l’incarcération de leur parent. Si les enfants posent ordinairement des questions impertinentes, celles-ci sont particulièrement difficiles à entendre pour les parents lorsqu’elles portent sur l’incarcération. Les propos de Mounia, incarcérée au centre de détention de Bapaume, suggèrent cette crainte de la « juste mesure » (éviter d’en dire « trop » et savoir en dire « assez ») :
- Ils savent que je suis en prison, mais pas ma peine. Le plus grand, ça le perturbe. Mais le plus petit, il n’a pas peur.
- Vous pensez leur dire un jour ce qui vous a conduit en prison ?
- Y a un âge à tout... Je le ferais quand y z’auront la tête sur les épaules.


Pour les parents, l’âge des enfants justifie souvent de ne pas leur parler de la prison et/ou du délit/crime : « Il y a un âge pour le dire. » Il faut, de plus, « trouver la bonne version », comme le dit Jena, incarcérée en préventive à Pau : « J’expliquerais au grand, mais j’attends la sortie pour lui dire la vérité. Faut que je trouve la bêtise que j’ai faite pour lui dire. »
Le témoignage d’Hocine, incarcéré aussi à Pau, est révélateur de la reconnaissance de la vérité comme valeur pédagogique et de la difficulté à la mettre en œuvre :
A mon fils, je vais essayer de tout lui expliquer. Pour l’instant, je lui explique pas. Il comprendrait pas, c’est trop dur. Tu peux pas expliquer ça à un enfant. Mais je lui cacherais jamais rien.
Confronté à la médiatisation, Jean-Rémi (centre de détention de Caen) pense : « Si j’ai un enfant plus tard, je lui dirais. Au moins pour qu’il ne l’apprenne pas par un autre. C’est mieux de dire les choses plutôt que de ne pas en faire état. » Beaucoup de parents détenus pensent qu’il est important de dire soi-même, avec ses propres mots, les raisons de son incarcération.
Mes enfants savent que je suis en prison. Mais ma sœur, elle leur a donné une version qui me rend plus coupable. J’ai demandé à voir mes enfants un par un pour leur expliquer, mais seulement aux plus grands, de A à Z... Ils m’ont dit : « Tata nous a pas dit ça. » Les deux petites ne savaient pas que j’étais en prison. Je leur ai dit moi-même... Elles savent pas depuis longtemps... Elles croyaient que j’étais à l’hôpital. Ça m’a foutu un coup de leur dire. La plus grande, elle trouvait les surveillants bizarres. C’est dur, parce que maintenant, elles peuvent penser que leur mère est presque une menteuse... (Dany, centre de détention de Bapaume)
Une recherche américaine (Kiser, 1991, 59) avançait la proportion d’un quart des enfants de femmes détenues ignorant la détention de leur mère. Selon P. Morris (1965), 40% des parents cacheraient la vérité, et dans 24% des cas, seuls les enfants les plus âgés la connaîtraient. A la prison de San Quentin (Californie), Wilmer et al. (1966) estimaient que la moitié des parents cachaient la vérité aux enfants. Selon eux, trois raisons expliqueraient ce « besoin de tromper » (« need to deceive ») : la volonté de conserver une image positive du père, la peur du rejet de l’enfant (car les parents croient que « les bons parents font les bons enfants ») et la dépendance du père à sa femme pour le maintien des liens familiaux (le mensonge de la mère à ses enfants diminuant le risque qu’elle le dénigre et donc le quitte).

alors, dire? ne pas dire? vous en pensez quoi?
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 16724
Réputation : 352
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Débat] Parler prison aux enfants

Message  Cecyo le Jeu 14 Sep 2017, 11:13

Bonjour

Pour ma part, j'ai deux filles 6 ans et 1mois. Pour la dernière forcément pas de souci de discutions. Maintenant pour la grande il a fallut réfléchir mais j'ai décider de lui parler. Mais sans employer le mot Prison. Je lui ai expliquer que yoyo (il est sont beau père) avait fait une bêtise que les gendarmes l'ont du coup amener dans une grande maison ou les adultes font des bêtises et qu'il fallait maintenant qu'il ce fasse pardonné pour ses erreurs, que sur places il allait travailler mais qu'il ne pourrait pas rentré à la maison de suite que c'était comme si elle faisait une grosse bêtise et qu'elle était puni dans sa chambre pour réfléchir. Du coup elle a plutôt bien réagis en me disant que on pouvait faire des bêtises que tout le monde en faisait mais que à la maison on allait attendre qu'il est fini parce que on l'aime fort.
J'avoue que j'ai hésité au début à lui en parler mais je me suis aussi dit que le fait de son absence elle allait forcément me demander. Je ne voulais pas non plus lui dire qu'il était à l'hôpital ou malade comme on a pu me le conseiller car j'avais peur qu'elle s'inquiète de trop. Je lui ai demandé si elle voudrait venir avec moi le voir quand j'aurais le droit (je trouvais sa important d'avoir son avis) elle m'a dit que oui que du coup elle pourrait lui faire des dessins pour qu'il ne ce sente pas seul dans sa chambre.
Voilà mon petit témoignage

Cecyo
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 14
Réputation : 0
Age : 27
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Il ne faut pas leur cacher

Message  Hopepow le Dim 17 Sep 2017, 18:32

Je pense que nos enfants doivent être mis au courant selon l âge qu ils ont . de toute manière ils ressentent le changement et on besoin d être rassure par leur parent dehors.
J ai bien explique a nos enfants ce qu il se passait sans trop entrer dans les détails.
Pour mon enfant le plus jeune 2ans et demi , il en a déduit que papa partait travailler loin et de ce fait ne rentrerai pas dormir a la maison aussi que parfois on irai le voir.
Le dialogue est la meilleure solution . en tout cas cacher la vérité peut leur faire perdre la confiance en vous car les enfants on toujours une oreille qui traine et je préfère être honnête avec eux plutôt qu ils ne l apprennent autrement et sentir trahi.

Hopepow
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 27
Réputation : -2
Age : 31
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

re: Il ne faut pas leur cacher

Message  Atipika le Mer 20 Sep 2017, 12:23

Bonjour Hopepow, je ne comprends pas bien on post où tu dis qu'il ne faut surtout pas leur mentir mais pour moi lui dire qu'il est parti travailler c'est un mensonge... Tu pourrais t'expliquer un plus stp que je comprenne mieux ta démarche. Merci
avatar
Atipika
Ancien(ne)
Ancien(ne)

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 432
Réputation : 15
Age : 43
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Débat] Parler prison aux enfants

Message  Atipika le Mer 20 Sep 2017, 13:36

Bonjour, je me suis retrouvée il y a peu de temps à garder le fils d'une amie à peine 1h mais, dès qu'elle est sortie de chez moi, les questions ont fusé: "Mais elle est où M.? Elle ne fini pas son canapé (elle fabrique des meubles), maman m'a dit qu'elle était partie en vacances mais tu ne serais pas triste comme ça si elle était en vacances, et puis tu pars toujours avec elle...'' ils sentent tous les gosses c'est dingue! Du coup j'ai répondu en dédouanant le mensonge de sa mère, j'ai joué sur le fait qu'il avait eu 6 ans pas longtemps avant et qu'elle avait attendu parce que 5 ans c'est un peu petit, maintenant qu'il était grand on allait lui expliquer. J'ai essayé tant bien que mal avec des mots simples et quand mon amie est revenue elle a pris le relais. Elle m'a envoyé un sms plus tard pour me remercier, ça m'a fait très plaisir.
Je ne juge pas du tout les mamans, c'est très compliqué à expliquer aux enfants. Tout dépend en plus de leurs âges.
J'ai vu sur le forum plein de livres qui aident à expliquer la situation, il ne faut pas hésiter à s'en servir. Bon courage à tous et toutes.
avatar
Atipika
Ancien(ne)
Ancien(ne)

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 432
Réputation : 15
Age : 43
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Débat] Parler prison aux enfants

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum