Forum Prison
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 12 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 12 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Tatie
 
Bebou
 


[Ciné-doc] La mort se mérite

Aller en bas

[Ciné-doc] La mort se mérite

Message  Tatie le Mer 20 Sep 2017, 10:22

La mort se mérite, disgressions avec Serge Livrozet est le portrait d'une des dernières figures de la contre-culture française des années 70. Ancien plombier, ancien cambrioleur, fondateur avec Michel Foucault du "Comité d'Action des prisonniers", écrivain, militant anarchiste... à 77 ans, Serge Livrozet se confie à Nicolas Drolc, jeune réalisateur, et revient sur son parcours d'éternel rebelle.




Nicolas Drolc a rencontré Serge Livrozet à l'occasion de son film Sur les toits, un documentaire revenant sur les révoltes des prisonniers de Toul et de Nancy. Une première collaboration riche mais trop courte qui a donné l'envie à Nicolas Drolc de réaliser un portrait intime de cet homme qui portait toutes les casquettes -celle de l'ancien ouvrier, de l'ancien délinquant, du prisonnier puis plus tard de l'intellectuel et du militant-, qui permettait dans le film Sur les toits de faire un pont entre les anciens détenus interviewés et des intellectuels qui gravitaient autour de Michel Foucault et à l’époque du Groupe d’information sur les prisons.

Enfant, je passais tous les jours devant la maison d’arrêt Charles III à Nancy où la grande révolte avait eu lieu. Quand je suis tombé sur des photos de cette révolte prises par mon père, photographe de presse, j’ai été interpellé au point d’en faire un film. Je ne connaissais pas grand-chose au problème de la prison mais j’avais compris qu’il se jouait là des rapports de force qui étaient très révélateurs de ceux qu’on retrouvait à l’extérieur.


Livrozet s’est engouffré dans mai 68 en étant persuadé qu’il se passerait quelque chose... Il a finalement rapidement déchanté, se rendant compte que c’était l’affaire d'étudiants avec lesquels il n’avait pas grand chose à voir. C'est directement en conséquence de cette désillusion de mai 68 qu’il est retourné cambrioler des coffres-forts à paris et s’est fait arrêter. C'est entre 68 et 72 à la prison de Melun qu’il s’est politisé et qu'il est entré en correspondance avec Michel Foucault qui s’intéressait à la lutte des prisonniers à travers le Groupe d’information sur les prisons. Foucault a trouvé en Serge Livrozet son prisonnier idéal, celui qu’il cherchait. Ils se sont rencontrés en 72 et ont fondé ensemble le Comité d'Action des prisonniers.
Devant la caméra intimiste de Nicolas Drolc, cet "anarchiste qui n'aime pas les bombes" se laisse dresser le portrait en n'étant tendre ni avec lui-même, ni avec la vie et les plaisirs qu'il y recherche pour "rendre ce séjour merdique le moins désagréable possible".

dates et lieux de projection ICI
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17071
Réputation : 363
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ciné-doc] La mort se mérite

Message  Mehdigwen le Dim 22 Oct 2017, 23:39

film qui parle de la prison mais pas seulement .... on se prend quelques claques, des phrases fortes.
Une personne qui a participé aux luttes dans les années 70 et qui constate leur échec : + de 35 000 personnes incarcérées à l'époque, plus de 69 000 aujourd'hui (et des conditions de détention qui ne s'améliorent vraiment pas)

Mehdigwen
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 509
Réputation : 21
Age : 49
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum