Forum Prison
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine
clarisse56
 
Tatie
 
Fred
 
mimi93
 
Sofia3434
 
lilisanslui
 
Mayalouna
 


[témoignage] visiteuse de prison

Aller en bas

[témoignage] visiteuse de prison

Message  Corentine le Lun 20 Nov 2017, 05:22

Sur la proposition d'Atipika faite à Raphaëlle, je viens, pour ceux que cela intéresse, parler en plus détaillé du rôle de visiteuse de prison.
Ce sont de simples citoyens qui demandent un agrément (qui souvent ne connaissent que peu le monde de la prison). Il y a des entretiens de sélection assez longs sur le ou les établissements mentionnés dans la lettre, les compte-rendus vont à la direction départementale des SPIP, avec émission d'un avis, puis une enquête de gendarmerie qui concerne la personne candidate et sa famille, et ensuite il y a plusieurs mois avant d'obtenir (ou pas) l'agrément. Tout ceci prend 9 à 18 mois environ.
Les personnes détenues ont à faire la demande écrite d'attribution d'un visiteur au SPIP.
L'engagement consiste à proposer un parloir de 30 à 75 minutes (suivant les types d'établissement) de manière hebdomadaire, sur un créneau fixe (les créneaux possibles ne sont pas les mêmes que les parloirs famille), qui soit compatible avec les activités de la personne détenue.
L'entretien a lieu dans les parloirs des avocats, hors de la présence d'un surveillant, et le détenu ne subit normalement pas de fouille.
La personne détenue peut dire au départ si elle préfère un visiteur homme ou femme. Après, l'attribution est faite par la conseillère d'insertion CPIP qui suit la personne détenue. Celle-ci est libre d'interrompre à tous moments les visites, ou de demander à changer de visiteur.
Du côté du visiteur, ils ont dit être disponibles pour rencontrer tous les détenus de l'établissement qui le souhaiteraient.
Je ne peux dire ce que j'apporte aux détenus : eux parlent beaucoup du contact avec l'extérieur, de la régularité. Nous n'avons pas de dépendance hiérachique avec la justice ou l'administration pénitentiaire, rien d'autre que le respect des règles et du cadre, comme tous les intervenants extérieurs partenaires.
Nous sommes tenus à la confidentialité et n'avons bien sûr aucune connaissance de ce qui a amené la personne en détention.
Par rapport à ce que ces rencontres m'apportent : la rencontre avec des personnes humaines, au-delà de la frontière du jugement. Ce temps d'arrêt de la détention est aussi une occasion pour certains parfois de relire son parcours de vie par bribes, parler du quotidien, exprimer parfois de la révolte. Je dirai que le partage, ça dépend des jours, je pense qu'on est juste là, une oreille qui écoute et qui dialogue, un peu comme la personne que vous retrouvez tous les soirs dans votre bus à la même heure, il y a une connaissance qui se fait. Je pense, notamment pour ceux qui n'ont pas du tout de parloir famille ou amical, que ces espaces sont des occasions de reflets positifs qui sont structurants (c'est petit mais pas tout à fait rien !). C'est aussi un espace pour dire des malaises. Sinon, concrètement, leur régularité ne leur compte pas comme activité (pour les aménagements de peine par ex.)
Les visiteurs se connaissent parfois bien, parfois pas du tout entre eux, c'est un engagement individuel.
J'adhère à l'association ANVP (Association Natinale des Visiteurs de Prison) dont je partage les valeurs.
Je souhaite que chaque détenu trouve les interlocuteurs, les activités, les formations qui lui conviennent.
Nous n'avons aucun contact autorisé avec leur famille ou les avocats et pas d'autorisation d'apporter d'objets (sauf autorisation exceptionnelle motivée, comme un livre). Nous passons aussi par les portillons de détection, les mêmes règles que les autres intervenants.
Pour moi, en fait, je crois que c'est un peu le franchissement d'une frontière, c'est un peu une manière de signifier que la société continue à considérer comme faisant partie d'elle ces personnes qui ont à un moment trangressé la loi. C'est un peu une démarche contre l'exclusion, mais aussi pour la reconnaissance des droits de l'homme dans toutes les situations, sans utopie non plus.
Les visiteurs(ses) ont des profils très divers (âge, situation, motivation, métiers) qui permettent aux CPIP de "piocher" celui qui pourrait bien dialoguer à la personne détenue qu'elle connait (un peu) lors de l'entretien des arrivants.
Excusez-moi des détails mais cela pourra peut-être intéresser des proches pour expliquer le rôle des visiteurs dont tous entendent parler lors des informations du quartier "arrivants".

Corentine
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 6
Réputation : 1
Age : 55
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

[témoignage] visiteuse de prison

Message  Atipika le Lun 20 Nov 2017, 10:39

Bonjour, non pour moi en tout cas je trouve tous ces détails très intéressants.
Comme je disais dans mon post d'accueil ça permet un autre regard sur la détention. Et personnellement je trouve qu'il y a l'air d'avoir tellement de solitude en détention que ce que vous faîtes ne peut être que positif.
Je trouve votre témoignage très précis et intéressant, merci de l'avoir fait.
avatar
Atipika
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 958
Réputation : 21
Age : 44
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum