Forum Prison
Derniers sujets
» Nouvelle inscrite
par Nathmatt78 Hier à 23:34

» [Info]les Hommes ne sont pas tous égaux
par maïa Hier à 20:54

» [Témoignages] Les aménagements de peine
par crisvero Hier à 16:10

» Nouvelle sur le forum, femme de détenu
par lilisanslui Mer 23 Mai 2018, 21:33

» femme de detenue
par lilisanslui Mer 23 Mai 2018, 21:12

» bonjour nouvelle venue.
par Atipika Mar 22 Mai 2018, 22:52

» [Discussion] ses colères, ses frustrations.
par LaSquale Mar 22 Mai 2018, 20:53

» [Nos Témoignages]la demande de permis de visite
par jadou14 Dim 20 Mai 2018, 23:10

» Présentation
par Nathmatt78 Dim 20 Mai 2018, 00:43

» Presentation
par louloute54 Ven 18 Mai 2018, 20:55

» [Discissopn] Il change..
par LaSquale Ven 18 Mai 2018, 16:51

» femme de détenu
par mimi93 Ven 18 Mai 2018, 00:03

» [Discussion] Annoncer l'incarcération...
par LaSquale Mer 16 Mai 2018, 22:08

» [Discussion] Les réactions des autres
par LaSquale Mer 16 Mai 2018, 22:05

» [Discussion] choisissons qui mérite et qui ne mérite pas.
par Atipika Lun 14 Mai 2018, 14:12

» Centre de Nancy Maxeville
par louloute54 Dim 13 Mai 2018, 08:42

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Tatie
 
Nathmatt78
 
lilisanslui
 
Atipika
 
maïa
 
mimi93
 
LaSquale
 
véro7
 
crisvero
 
louloute54
 


[Actu]Alerte sur la surpopulation carcérale

Aller en bas

[Actu]Alerte sur la surpopulation carcérale

Message  Tatie le Mer 07 Fév 2018, 20:55

Prisons : matelas au sol, punaises... alerte sur la surpopulation carcérale

La surpopulation carcérale ne cesse d'augmenter. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : au 1er janvier 2018, 68.974 personnes étaient incarcérées dans le pays (pour 59.765 places). Ce nombre s’élevait à 66.089 au 1er janvier 2010 et à 48.594 au 1er janvier 2002.

En Europe, la France ne fait pas figure de bon élève. Ses prisons se montrent plus remplies que celles de bon nombre de ses voisins. Au 1er juillet 2017, 95 établissements avaient une densité carcérale supérieure ou égale à 120%, principalement des maisons d’arrêt, dont sept des huit présentes en Île-de-France.

Face à ces chiffres toujours plus alarmants, le contrôleur général des lieux de privation de liberté dresse ce mercredi 7 février un rapport glaçant, détaillant les conséquences dramatiques de cette surpopulation carcérale sur les droits fondamentaux des détenus. Absence totale d’intimité, accès aux soins limité, obstacle à la réinsertion et au maintien des liens avec les proches… Des dégradations multiples, dangereuses, et qui ne cessent de s’accentuer, alerte le rapport.

Surpopulation, violences en prison... Le ras-le-bol des détenus

1 - Une absence totale d'intimité


Des matelas au sol
Premier constat de cette surpopulation : l'évident impact sur l'intimité des détenus. Au 1er août 2016, seulement 19% des personnes détenues en maison d'arrêt bénéficiaient d'une cellule individuelle. La plupart des détenus sont hébergés à deux, voire à trois dans des cellules de 9m2. Une situation "préoccupante", aux yeux du rapport qui rappelle que nombre d'entre eux sont contraints de dormir à même le sol. "Il s'agit d'une atteinte à la dignité des personnes détenues", résume amèrement le contrôleur général des lieux de privation de liberté.

Des toilettes non isolées
L'atteinte à l'intimité la plus fréquemment évoquée reste les toilettes en cellule "qui ne sont isolées que par un muret ou une cloison n'atteignant pas le plafond", souligne le rapport. "Le détenu est ainsi obligé de faire ses besoins à proximité immédiate des autres codétenus". Une promiscuité qui représente là encore "une véritable atteinte à la dignité par l'humiliation permanente qu'elle entraîne".

S'ajoutent à cela, des conditions d'hygiènes toujours plus déplorables : vétusté des locaux, aération et luminosité insuffisantes, absence d'eau chaude... Le rapport fait également état d'une insuffisance des produits d'hygiène distribués aux détenus et qui a pour conséquence "la prolifération des nuisibles (rats, puces, punaises de lit...).

Des promenades limitées
Ces conditions peuvent affecter la santé physique et mentales des personnes détenues. Compte-tenu de ces dégradations, le temps d'enfermement dans les cellules devrait être limité au maximum, soutient le rapport. Mais là encore, face aux difficultés d'organisation, certaines maisons d'arrêt en surpopulation ont renoncé à proposer deux promenades par jour, pour s'en tenir à une seule.

2-Un accès aux soins dégradé

Des délais d'attente allongés
Une augmentation du nombre de détenus implique inévitablement une augmentation d'une prise en charge sanitaire (ouverture des droits sociaux, demandes de consultations...). Ces besoins toujours plus nombreux se traduisent par "des délais d'attente allongés, avec un nombre de professionnels de santé insuffisant pour faire face aux demandes", explique le contrôleur général des lieux de privation de liberté.

Une qualité de soins détériorée

La cadence des consultations médicales génère un stress supplémentaire pour les infirmiers ou médecins qui redoutent "de passer à côté de quelque chose lors de la consultation", note le rapport. Le traitements sont parfois donnés "au pas de course". Enfin, reste le problème des locaux inadaptés car souvent dans l'incapacité de recevoir des dizaines de détenus en consultation. Le rapport fait notamment mention de "salles d'attente de taille réduite" et "pas en nombre suffisant".

3-Un climat de tensions exacerbé

Un facteur propice à l'insécurité
Selon le rapport, la surpopulation carcérale est dénoncée comme "le creuset d'un climat de détention tout aussi dégradé que peut l'être le mur d'une cellule". Et d'ajouter que "si l'existence d'un lien direct entre surpopulation et niveau de violence n'est pas aisément démontrable, la surpopulation crée un contexte particulièrement propice à l'apparition de tensions, tant entre personnes détenues qu'entre ces derniers et le personnel".

La tentation de l'isolement
Pour les détenus les plus fragiles ou ne supportant pas la promiscuité, les quartiers d'isolement peuvent apparaître comme "une échappatoire à la détention ordinaire". Les cellules d'isolement offrent, dans l'urgence un repli temporaire aux détenus menacés ou victimes de violences. Pour autant, ce régime d'isolement est "susceptible de constituer un traitement inhumain ou dégradant", remarque le rapport, qui ajoute que le personnel pénitentiaire "doit se garder d'y voir une solution".

4-Une réinsertion menacée

Des liens compliqués à maintenir avec les proches
La surpopulation entraîne une complication dans le maintien des liens familiaux. Le rapport cite notamment comme conséquences, l'augmentation des demandes de permis de visite, une suroccupation des parloirs comme des locaux de visite...

Un accompagnement social limité
L'accès aux activités, clé de la réinsertion, est mis à mal par la surpopulation. Le rapport rappelle que ces activités "qu'elles soient culturelles, sportives, scolaires, professionnelles ou culturelles, sont le support privilégié d'un parcours de peine, susceptible à la fois de permettre aux détenus de préparer leur sortie mais également à la société de se protéger de la récidive". Le nombre de candidatures pour ces activités en prison est largement supérieur au nombre de places disponibles.

De même, les points d'accès au droit (missions locales, Pôle emploi, associations...) reçoivent des demandes de plus en plus nombreuses, "difficiles à traiter avec un nombre d'intervenant restant le même".

l'obs-07-02-18
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17016
Réputation : 363
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Actu]Alerte sur la surpopulation carcérale

Message  Tatie le Mer 07 Fév 2018, 20:59

Surpopulation carcérale : « La France est hors la loi »

Dans un rapport rendu public le mercredi 7 février, le Contrôleur des prisons s’inquiète des effets de la surpopulation carcérale. Elle présente dix recommandations, alors que la France est à la traîne par rapport à d’autres pays européens.

«Vous nous demandez de respecter les lois (…) mais vous vous permettez de ne pas les respecter», dénonce un détenu du centre pénitentiaire de Fresnes, particulièrement surpeuplé, et cité dans le rapport « les droits fondamentaux à l'épreuve de la surpopulation carcérale », rendu public ce mercredi.



Manuel Valls annonce la construction de 33 nouvelles prisons
Très attendu, notamment après la récente mobilisation des gardiens de prisons, ce rapport d'Adeline Hazan, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, fustige les conditions de détention indignes, facteurs de tensions et peu propices à la réinsertion.
« l'OIP [Observatoire Internationale des Prisons, ndlr] vient de saisir la Cour européenne des droits de l'homme sur les conditions indignes, à Fresnes plus spécialement », explique François Korber, délégué général de l'association Robin des Bois.

« Les règles européennes sont formelles, on est hors la loi », poursuit-il.

Le problème de la surpopulation carcérale n'est pas nouveau, mais il « n'intéresse pas les politiques », selon M. Korder. Pourtant, les prisons (et plus précisément les maisons d'arrêt) sont souvent décrites comme des « bombes à retardement ». Au 1er janvier 2018, 68.974 personnes étaient incarcérées en France pour 59.765 places. Ce nombre s'élevait à 66.089 en janvier 2010 et 48.595 en 2002, souligne la CGLPL.

« Il faut imaginer une cellule de 9m², prévue pour une personne. Quand on ouvre la porte, il y en a trois ou quatre. Vous imaginez bien qu'il y a une tension […] et qui prend ça dans la figure? Le surveillant », raconte M. Korder, rappelant la multiplicité des acteurs sur le terrain: « Il y a beaucoup de monde qui rentre dans une maison: surveillant, travailleurs sociaux, personnel médical. Ils sont pénalisés par le fait qu'ils viennent pour travailler avec 300 personnes… et en fait, il y en 900 ».

Radicalisation en prison: lutter contre l’effet de meute
Alors que la population carcérale augmente en France, dans certains pays européens « on ferme des prisons ». Le rapport souligne qu'en 2015, « la France faisait partie des huit pays du Conseil de l'Europe qui avaient des établissements surpeuplés (…) elle est désormais l'un des rares pays européen dont la population pénale continue à augmenter».
« Il y a des pays européens, au même niveau social et économique, qui ferment des prisons. Quand j'ai appris ça, j'ai cru que c'était une blague, mais pas du tout », relate François Korber, qui poursuit: « Ça ne veut pas dire qu'il y a moins de délinquance. Ça veut dire qu'on n'attend pas que ce soit grave ».

Pour sortir de cette situation, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) avance dix recommandations considérant que «la privation de liberté» doit redevenir une «mesure de dernier recours» et les peines alternatives être développées avec des moyens supplémentaires.

« Il y a beaucoup de petites infractions qui pourraient être sanctionnées par du travail d'intérêt général », estime François Korber, qui le juge efficace « pour les 17- 25 ans ». Mais encore faut-il des moyens humains et financiers:

« Globalement les pouvoirs publics ne font rien. Taubira a fait ce qu'elle a pu, en essayant de développer des peines alternatives. C'est une des solutions. Ça avance, mais très très lentement ».


Quelles sont les origines de cette surpopulation? Si « ça bouchonne », c'est « notamment à cause de l'allongement des peines » :
« Contrairement à ce que dit le Front National, il n'y a pas de laxisme. Depuis 25 ou 30 ans, les peines, pour des faits similaires, se sont allongées […]. Le résultat, c'est que par conséquent, on libère moins. […]. C'est un des éléments qui explique la surpopulation »

«Les juges doivent également être attentifs aux conditions de détentions et s'assurer qu'une incarcération puisse avoir du sens», dit Adeline Hazan. Elle juge également «nécessaire de rénover la procédure de comparution immédiate qui conduit au prononcé d'un grand nombre de peines d'emprisonnement» et prône «une réflexion sur la durée des instructions et les délais d'audiencement» (attente avant un procès) pour «éviter l'allongement inutile des détentions provisoires».

sputnik France-07-02-18
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17016
Réputation : 363
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Actu]Alerte sur la surpopulation carcérale

Message  Gustave Kinck le Jeu 08 Fév 2018, 09:45

Nice, Maison d'arrêt femmes, 6 en cellule sur cette photo. Insupportable pour les détenues en tout premier lieu, pour les familles de celles-ci mais aussi pour le personnel qui y travaille. C'est le serpent qui se mord la queue...




Gustave Kinck
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 29
Réputation : 1
Age : 41
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Actu]Alerte sur la surpopulation carcérale

Message  Atipika le Sam 10 Fév 2018, 00:25

Merci Gustave de ce partage, comment survivre dans ces conditions? Surtout en passant presque tout leur temps dans leur cellule? Je ne savais pas qu'il y avait autant de surpopulation chez les femmes... Si j'ai bien compris il n'y a presque pas de quartiers réservés aux femmes dans les prisons du sud de la France, ce qui doit empirer le phénomène. C'est honteux de forcer des humains à vivre dans ces conditions...Est-ce que mettre des téléphones dans chaque cellule est vraiment la chose la plus urgente à faire?
avatar
Atipika
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 721
Réputation : 17
Age : 43
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Actu]Alerte sur la surpopulation carcérale

Message  Gustave Kinck le Lun 12 Fév 2018, 15:12

Atipika merci pour ton post. Pour résumer dans le sud-est, tu as les Baumettes femmes, là c'est neuf avec douches en cellule. Puis tu as Nice toute petite structure, très vite surchargée (cf la photo postée plus haut) dans des locaux qui malgré l'entretien sont d'un autre âge (1887) Et entre les 2 c'est le désert. Ils ont reconstruit la prison de Draguignan dans le Var, suite aux inondations, mais ils n'ont pas pensé y mettre un quartier femmes ce qui est ahurissant.
Une femme passant aux assises du Var par exemple se fera chaque jour le trajet depuis Nice ou Marseille ce qui, outre le coût à la société, va également être épuisant pour elle en plus du procès qui est une véritable épreuve... Wink

Gustave Kinck
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 29
Réputation : 1
Age : 41
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Actu]Alerte sur la surpopulation carcérale

Message  Tatie le Ven 02 Mar 2018, 11:07

les chiffres parlent d'eux même, il n'y a que des + par rapport au chiffrage precedent !
on incarcère donc + au moment où on parle de cette surpopulation, du fait qu'il faille la résoudre ...tout en continuant à enfermer + :

avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17016
Réputation : 363
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Actu]Alerte sur la surpopulation carcérale

Message  Atipika le Sam 03 Mar 2018, 01:04

Bonsoir déjà quand on voit que 80% des affaires jugées en comparution immédiate finissent en détention et qu'il y a de plus en plus d'affaires jugées de cette façon on se dit que le problème de surpopulation n'est pas près de s'arranger. Et je me suis rendue compte par moi-même lors de mon procès qu'il y avait une chambre correctionnelle entière dédiée aux comparutions immédiates (c'était les fêtes de fin d'année, mon avocat m'a dit qu'habituellement il y avait 2 chambres pour ces comparutions). Il y a eu 4 ou 5 affaires jugées dans ma chambre, c'était pour la plupart des étrangers dont certains n'avaient pas encore d'interprètes arrivés. Ils sont passés avant nous à 13h pour que la Juge présente leur affaire rapidement, elle leur a posés quelques questions. Ensuite ils ont du attendre les 4 affaires dont la mienne (ça a duré jusqu'à 20h30) pour être jugés. Je n'ai pas tellement compris l'intérêt de leur faire passer toute la journée au dépôt pour passer si tard, après tout le monde. Et quand on sait que le fait d'être dans le box entouré de gendarmes + le fait d'être mal défendu (en général le prévenu voit son "avocat" 15-30 mn maxi) +le système en lui-même de la comparution immédiate on se doute que + des 3/4 des ces personnes iront dormir en prison.
Il y a un autre truc qui m'a choquée, c'est de savoir (c'est un flic puis un proc qui me l'ont dit et ma compagne me l'a confirmée) qu'on enferme maintenant pour quelques mois des consommateurs de crack ou d'héro s'ils sont Sdf alors qu'il y a quelques années les policiers jetaient les quelques 1 ou 2 grammes de stupéfiants et laissaient partir les mecs. Que quelqu'un m'explique l'intérêt de coller 2 ou 3 mois de prison à un tout petit consommateur.
Toutes ces décisions remplissent encore et encore les maisons d'arrêt et pour quel résultat?
avatar
Atipika
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 721
Réputation : 17
Age : 43
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Actu]Alerte sur la surpopulation carcérale

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum