Forum Prison
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Ah1213
 
Tatie
 


[Info]Prisons. Le scandale jusqu’à quand ?

Aller en bas

[Info]Prisons. Le scandale jusqu’à quand ?

Message  Tatie le Sam 07 Juil 2018, 10:18


Les chiffres de juin viennent de tomber. Pour le troisième mois consécutif, plus de 70 000 personnes étaient incarcérées dans l'Hexagone.

Dormir par terre, sur un pauvre matelas, dans une bâtisse où, régulièrement, grouillent rats et cafards. Dormir, ou juste essayer, non seulement par terre, mais à plusieurs, dans des chambrettes de la taille d’un dressing, surchauffées en cette période estivale, avec WC au ras de l’oreiller.

On ne souhaite à personne de vivre dans ce décor. Pas même à son ennemi… fut-il détenu. C’est pourtant ce que subissent, chaque nuit, près de 1 500 femmes et hommes dans les prisons françaises.



Les chiffres de juin viennent de tomber. Pour le troisième mois consécutif, plus de 70 000 personnes étaient incarcérées dans l’Hexagone. 70 408 exactement, dont ces 1 500 installées à même le sol, pour moins de 60 000 places disponibles. Soit, pour reprendre la sécheresse des statistiques, « un taux de surpopulation global moyen de 117,6 % », qui grimpe à 141 % dans les maisons d’arrêt ! Derrière ces pourcentages, on parle de femmes, d’hommes, d’adolescents. Une bonne partie, faut-il le rappeler, est en attente de jugement, donc présumée innocente.

Oui, la prison est nécessaire. Mais la surpopulation un scandale. Cellules bondées, absence d’intimité, conditions d’hygiène déplorables, sorties limitées, peu d’activités, qualité de soins détériorée… Une honte dénoncée par les surveillants de prison, les familles, les visiteurs, les associations, les parlementaires. L’Observatoire international des prisons rappelle que trente-sept établissements français ont été condamnés pour conditions de détention indignes.

Aux Pays-Bas, on ferme les prisons
La prison ne sert pas qu’à enfermer et punir. Elle doit aussi - ou devrait - servir à la réinsertion personnelle et professionnelle, permettre aux détenus de rester en contact avec le monde extérieur, leur donner une seconde chance… Le système devrait autoriser des milliers d’entre eux, jugés aptes pour cela et suivis correctement, à purger leur peine loin des barreaux. Certains de nos voisins l’ont compris : la semaine dernière, les Pays-Bas ont annoncé la fermeture de quatre établissements. Le pays n’a pas assez de détenus pour occuper les cellules. Là-bas, à deux heures de TGV de Paris, la surveillance au moyen de bracelets électroniques est devenue monnaie courante. Et les juges sont très sensibles aux peines de substitution, notamment les travaux d’intérêt général.

Les chiffres sont têtus. Surpopulation chronique en France quand nos voisins allemands et irlandais sont à 87 % d’occupation, plus que les Pays-Bas (81 %) ou encore l’Espagne (71 %). Alors pourquoi est-ce possible à deux pas de chez nous et pas, ou trop peu, ici ? Pourquoi la France ne compte-t-elle que 12 000 bracelets électroniques ? Pourquoi le Danemark compte-t-il huit prisons dites « ouvertes », pour accueillir un quart de ses détenus, avec un faible taux de récidive (24 %) ? Quand en France, avec deux établissements de ce type et une culture séculaire de l’enfermement, 61 % des sortants sont réincarcérés dans les cinq ans.



Le 6 mars, le président Macron a annoncé un plan pour lutter contre ce fléau. Suppression des peines inférieures à un mois, exécution des peines inférieures à six mois en dehors des établissements pénitentiaires, renforcement des effectifs de conseillers de probation et d’insertion… Louable initiative, cette énième annonce, qui succède à tant d’autres, sera-t-elle suivie d’effets ? Dans les cellules surchauffées en ce début d’été, mais aussi au sein du personnel pénitentiaire et, plus largement, dans une large partie de la population française révoltée par ces conditions de détention, on attend des signaux forts.

Ouest-France-06-07-18
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17111
Réputation : 363
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Info]Prisons. Le scandale jusqu’à quand ?

Message  Tatie le Sam 07 Juil 2018, 10:24

je relisais ce matin quelques vieille infos et discussions et je ne peux que constater que rien ne change
ce qui est dit dans cet article était déjà dit en 2000, en 2010 et se dira encore surement en 2020.
La prison est une des peines possibles, mais pas la seule, il faut que la justice se saisisse des alternatives !
de plus tant que la prison sera gérée par un partenariat privé/public et dont soumis à la rentabilité, il n'y a aucune raison pour que l'emprisonnement diminue.
décourageant...
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17111
Réputation : 363
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum