Forum Prison
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Atipika
 
Elodidie
 
Fleur d'espoir
 
Mafamilledabord
 
Dama
 
ano313
 
Coralie1234
 
clarisse56
 
Tatie
 
Jade32
 


[Partenariat-OIP]communiqué : la transparence s’impose

Aller en bas

[Partenariat-OIP]communiqué : la transparence s’impose

Message  Tatie le Mar 24 Juil 2018, 12:51

Nouveau décès d’un détenu à Fleury-Mérogis : la transparence s’impose

Alors qu’un détenu a été retrouvé pendu au quartier disciplinaire ce samedi 21 avril, plus de 60 prisonniers de Fleury-Mérogis ont refusé, lundi, de remonter de promenade, demandant que la lumière soit faite sur les circonstances de sa mort. Une affaire qui fait suite à une série de décès dans cet établissement depuis le début de l’année, et à des événements similaires survenus à la prison de Seysses au printemps.

Samedi 21 juillet, un jeune homme de 22 ans a été retrouvé pendu dans la cellule du quartier disciplinaire où il avait été placé à la suite d’une altercation avec le personnel de surveillance.

Lundi 23 juillet en fin d’après-midi, une soixantaine de détenus du bâtiment D4, où était incarcéré le jeune homme avant son placement au quartier disciplinaire, ont protesté en refusant de remonter dans leurs cellules à l’issue de la promenade. Selon des proches de détenus ayant contacté l’OIP, ils demandent que la lumière soit faite sur les circonstances de son décès ainsi que sur l’incident qui aurait précédé son placement au quartier disciplinaire. Certains détenus allèguent notamment que le jeune homme aurait subi des violences de la part de membres du personnel pénitentiaire. L’un d’eux témoigne du climat général de tension qui règne en détention depuis des mois : « Je sais qu’on n’est pas des anges, explique-t-il, mais ils mettent pour nous gérer des surveillants stagiaires, pas formés du tout. Beaucoup de petites tensions dégénèrent, ça part en vrille presque tous les jours. »

Six « meneurs » auraient été placés au quartier disciplinaire à la suite de ce mouvement. Une réponse avant tout répressive, alors que le refus de réintégrer les cellules est souvent l’un des seuls moyens, pour la population détenue, de porter des revendications. L’administration pénitentiaire ne reconnaît pas aux prisonniers le droit de s’exprimer collectivement, de se réunir, ou de se syndiquer. Le simple fait de signer une pétition peut être sanctionné.

Des morts en série qui restent sans réponse

Il s’agit du onzième détenu décédé à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis depuis le 1er janvier 2018, et le neuvième suicide, selon l’administration pénitentiaire. Au mois d’avril 2018, alors que six décès étaient déjà comptabilisés, une inspection interne a été diligentée, menée conjointement par l’administration pénitentiaire et l’agence régionale de santé. Pour l’OIP, il est indispensable que ces rapports soient rendus publics, ainsi que les recommandations des organes de contrôle, afin de connaître les circonstances de ces décès, de pointer les éventuels dysfonctionnements et de prendre les mesures qui s’imposent pour y mettre un terme.

Les événements de Fleury-Mérogis font écho à ceux survenus à la prison de Seysses, en Haute-Garonne, en avril dernier. A la suite du décès d’un détenu au quartier disciplinaire, le 14 avril, près de 200 détenus avaient, à plusieurs reprises, refusé de réintégrer la détention après la promenade : ils dénonçaient, là aussi, des violences subies par le détenu juste avant son placement au quartier disciplinaire. Dans un communiqué, ils disaient également subir des pressions, humiliations, et insultes de la part d’un groupe de surveillants. Leur demande de transparence s’était soldée d’une part par des sanctions disciplinaires pour certains d’entre eux, accusés d’avoir perturbé le bon ordre de l’établissement et d’autre part par des menaces de poursuites de la part de la Chancellerie à l’encontre des auteurs, ou relais, des allégations de violence. La chancellerie n’a pas non plus répondu aux courriers de l’OIP demandant que soit diligentée une enquête de l’Inspection générale de la Justice sur le climat de violence qui règne dans cet établissement.

L’OIP demande :
– que les résultats de l’enquête concernant le décès du 21 juillet soient rendus publics ;
– qu’une réponse autre que disciplinaire soit systématiquement apportée aux demandes d’information et de transparence formulées régulièrement par les personnes détenues, directement affectées par la mort d’un codétenu ;
– la publication des rapports d’inspection concernant les précédents décès survenus à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis ;
– une réponse à la demande d’une enquête sur la situation de la maison d’arrêt de Seysses.
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17300
Réputation : 365
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partenariat-OIP]communiqué : la transparence s’impose

Message  Tatie le Mar 24 Juil 2018, 19:58

la famille, les amis, des sympathisants ont tenu aussi à se faire entendre devant la prison



Fleury-Mérogis, ce mardi matin. Plusieurs dizaines de personnes ont manifesté devant la prison après le suicide, samedi de Lucas, 21 ans.
Cet habitant d’Epinay-sous-Sénart âgé de 21 ans se serait suicidé dans la plus grande prison d’Europe en se pendant avec un drap. Une version qui ne convainc pas ses proches, qui ont voulu faire entendre leur colère ce mardi matin.
Ils sont arrivés par petits groupes calmes tout au long de la matinée, ce mardi devant la Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis. Il y a des amis, des proches ou juste des personnes qui ont entendu parler du mouvement sur les réseaux sociaux. « Nous avons décidé d’organiser ça dès lundi soir, raconte Mohamed. Lucas, je le connaissais depuis tout petit. »

Lucas Harel, 21 ans et habitant d’Epinay-sous-Sénart, était détenu depuis novembre dernier dans la plus grande prison d’Europe après une condamnation dans une affaire de stupéfiant.

« Son suicide n’est pas logique »
Samedi, à 21 heures, son corps sans vie a été retrouvé dans la cellule du « mitard » où il était entré quelques heures plus tôt. « Il y a un faisceau d’éléments qui nous font dire que son suicide n’est pas logique, reprend Mohamed. Lucas n’était pas quelqu’un de faible. »

Au total, une petite centaine de personnes a donc manifesté, scandant « justice pour Lucas » ou « assassin ». Ce participant au rassemblement a passé plusieurs mois dans la même aile que Lucas lors de la première incarcération du jeune homme il y a un an : « Il ne vivait pas mal la détention. Il était auxiliaire et aidait les surveillants à servir les repas. Il n’a jamais montré de mal-être. Il faisait du sport. » Mohamed reprend : « Même s’il avait pris 10 ans, il ne se serait jamais suicidé ».


Le matin du décès, Lucas avait eu un parloir avec sa mère. « Il était bien, résume un proche. C’est quoi sa raison de vivre maintenant, elle a perdu son fils unique… » Un financement participatif a été lancé sur Internet pour l’aider et a déjà permis de collecter 1 270 €.

Que s’est-il passé après ce parloir ? C’est que les amis du jeune homme aimeraient savoir. « Son co-cellulaire ne l’a pas vu revenir », raconte Hichem, un proche. Selon nos informations, l’administration a expliqué avoir conduit Lucas au quartier disciplinaire pour « suspicion d’introduction d’un téléphone portable au parloir » et « agression sur personnel ».

Une enquête ouverte par le parquet d’Evry
Lucas était libérable le 29 septembre prochain. L’un des jeunes raconte : « Il m’avait demandé de lui acheter un ensemble, un survêtement de l’Angleterre. Je devais lui apporter mercredi prochain [NDLR : demain] ».

Le parquet d’Evry annonce avoir ouvert une enquête en recherche des causes de la mort « comme à chaque fois qu’il y a un suicide en prison » et une autopsie sera pratiquée jeudi.

« Lucas faisait 120 kg et il se serait pendu avec un drap au mitard où le seul endroit il pouvait s’attacher c’est le néon, s’interroge un manifestant. Ce n’est pas possible.



le parisien 24-07-18
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17300
Réputation : 365
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partenariat-OIP]communiqué : la transparence s’impose

Message  Tatie le Mar 24 Juil 2018, 19:59

il faudrait vraiment que lumière soit faite !
à la lecture de cet article on voit bien que la thèse du suicide ne tient pas !
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17300
Réputation : 365
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partenariat-OIP]communiqué : la transparence s’impose

Message  Tatie le Dim 29 Juil 2018, 13:14

L'envolée aussi communique :


ENCORE UN MORT A FLEURY : COMMUNIQUÉ DU PRP

Communiqué du Syndicat PRP suite au décés de L.H a Fleury-Mérogis. Le 25 Juillet 2018



L.H. avait 21 ans. Il était libérable en septembre 2018. Mais le samedi 21 juillet 2018, après un parloir avec sa maman qui s’est magnifiquement bien passé, L.H. est ramené en cellule dans le bâtiment D4 de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis où il était incarcéré.
D’après les premiers témoignages des prisonniers du D4 et des proches de L.H. a été roué de coups dans sa cellule par des surveillants puis placé au quartier disciplinaire dit le « Mitard », dans une autre division de cette même prison, pour y perdre la vie...

Face à ce qui doit être qualifié de lynchage, lundi, 64 prisonniers ont refusé de remonter de promenade, malgré les risques de transfert disciplinaire ou de mitard. Mardi, une soixantaine de personnes ont décidé de se mobiliser devant Fleury-Mérogis, au risque de se faire déloger du site, aux cris de « Justice pour Lucas ». Parmi les prisonniers qui ont refusé de réintégrer leurs cellules en soutien a L.H., 6 prisonniers ont été placés au quartier disciplinaire à la suite de l'intervention des ERIS. Soyons tous vigilant, au côté des familles et des proches, sur ce qu’il pourrait arriver à ces prisonniers ! Nous sommes là nous surveillons de très prés !

Rappelons enfin que, le 19 Avril 2018, 200 prisonniers de Seysse ont dénoncé dans un communiqué des faits similaires pour le décès de J. au mitard le 14 Avril 2018, que des prisonniers ont entendu être roué de coup pendant 30 minutes.

N’oublions pas qu’il y a quelques années, un prisonnier surnommé Hicham avait porté plainte contre des surveillants du mitard de Fleury-Mérogis pour coups et blessures. Hicham, alors qu'il travaillait dans le domaine sportif, n'a pas pu reprendre son métier à sa sortie à cause de ses blessures... Nous nous souvenons très bien, qu'à l'époque, cette équipe du mitard avait été nommé l’équipe Tyson, par les prisonniers, en référence au boxeur réputé pour sa violence ! A l'époque, ils n'avaient pas été mutés ni suspendus ; seulement éparpillés dans les différentes ailes de Fleury-Mérogis.

La famille et ses proche décrivent L.H. comme étant plein de vie et de joie et qu'il n'aurait jamais laissé sa maman toute seule, étant fils unique. L.H n’était pas suicidaire ! Il lui restait moins de deux mois de détention.

Le syndicat PRP exige que la lumière soit faite sur cette affaire suspecte et qui malheureusement en rappelle tant d'autres.

Par ailleurs, et comme ils en ont l'habitude, les surveillants pleurnichent et délirent alors que la mère de L.H. et ses proches sont en deuil.

FO Pénitentiaire déclare le 24 Juillet 2018 : « les collègues bloqués dans les murs et en dehors !
Pour nous, il s’agit d’une véritable prise d’otage des personnels. »
Ont-ils la mémoire courte ? Entre Janvier 2018 et Février 2018 et durant plus de 15 jours, ils ont bloqué les détentions de toute la France, dont Fleury-Mérogis. Alors, n'ayant pas le courage de s'adresser aux vrais responsables (ministre et supérieur), ils n’ont pas hésité à prendre en otages, les Prisonniers et Prisonnières et leurs Familles, privé de cantine avec un repas froid par jour souvent périmé ! Pas de parloir ! Les familles qui venaient devant les détentions étaient souvent humiliées par ces surveillants ! Pas le droit à la cabine téléphonique ! Sans oublier les dégradations qu’ils ont commis en brûlant des palettes et des pneus ! Ce qui est interdit par la lois  du décret n° 2002-1563 du 24 décembre 2002 ! Et on en passe...

MENSONGES FLAGRANDS, aussi dans une publication sur internet, SLP FO Fleury-Mérogis déclare « 60 individus se sont regroupés devant la taule, certains cagoulés. »


Rassemblement devant la prison de Fleury-Mérogis suite à la mort de Lucas au mitard, juillet 2018
Sont-ils cagoulés ? NON ! Surtout que tout s'est déroulé dans le plus grand calme ! Étonnement cette phrase a disparu dans leur communiqué...
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17300
Réputation : 365
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partenariat-OIP]communiqué : la transparence s’impose

Message  Tatie le Dim 29 Juil 2018, 13:20


MORTS A FLEURY : LETTRE OUVERTE D’UN PRISONNIER DE LA PLUS GRANDE PRISON D’EUROPE

par lenvolee

Alerte dans les prisons françaises : les prisonniers et prisonnières meurent dans l’indifférence totale de l’Etat.


Madame, Monsieur,
Je vous écris ce jour pour vous alerter sur les conditions dramatiques de détention dans notre pays. Dans de trop nombreux établissements et en particulier à Fleury-Mérogis pour mon cas, les conditions de détentions, bien au-delà de la simple privation de liberté, sont plus que jamais assimilables à de la torture physique et psychologique. Ce n’est plus seulement un simple fait de surpopulation carcérale. Avec un taux d’occupation de 180 %, la capacité d’accueil de cette maison arrêt est dépassée depuis longtemps, comme dans tant d’autres Prisons Françaises.

Dans cette société qui joue à guichet fermé dans ses prisons, les activités sont remplacées par des cachets. Surtout tout dépend de la volonté de la direction, qui choisit pour nous : soit la réinsertion, soit la sur-condamnation. Ici, ce n’est pas la réinsertion qui est visée, nous vivons l’absence de justice dans un endroit qui est pourtant censé la rendre. La prison punit plus qu’elle ne devrait par certains comportements de l’administration, et par les surveillants et surveillantes, dont le comportement et les paroles sont totalement déplacés. Quelques soit les pires injustices qu'elle produise, la prison a toujours raison aux yeux des juges et de la société.

Quant à l'application des peines et la détention qui en découle, on a l'impression que la machine est bloquée, qu'elle se trouve à l'arrêt. Alors qu'un JAP devrait répondre à une demande d'aménagement de peine dans les 4 mois, ici, c'est plutôt 8 à 12 mois... Que dire, aussi, des délais d'attente des transferts pour rapprochement familial...

Comment imaginer que l’on devienne meilleur en nous torturant alors même que nous allons tous sortir un jour de vos prisons. Soit on est cassé à vie et plus bon à rien. Soit, on est encore pire qu’avant et endurci à cause de la haine que l’on nous a injectée par le non respect de l’état de droit.

Les événements tragiques survenus ces dernières semaines auraient dû mobiliser et interpeller les plus hautes autorités. 11 personnes sont mortes à Fleury : 8 prisonniers l’ont été annoncé dans la presse. Pour les 3 autres (un albanais, une femme turc et son mari quelques jours plus tard) c'est silence radio. Est ce parce qu'ils ne sont pas ressortissant que ces morts n'ont pas été dévoilées ?

Aujourd’hui je dénonce le traumatisme de certains prisonniers, qui le 08/06/2018 ont vécu le pire moment de leur vie, quand un surveillant chef s’est rendu coupable d’avoir demandé à un prisonnier de détacher un autre prisonnier qui s’était pendu quelques heures plus tôt. Où est passé le protocole à ce moment là ?

C'est l'administration pénitentiaire qui a tué cet homme avec ses violences physiques, psychologiques et ses négligences.
Quand la justice va-t-elle se saisir de ces « suicides » ? La justice sera-t-elle assez lente pour laisser l'administration masquer toutes les preuves ?

Pour faire simple, les détenus vont mal au sein de cette administration pénitentiaire ! Aujourd’hui, je m’expose à une multitude de sanctions, mais ne rien dire me rendrait complice, alors je préfère ne pas rester qu’un délinquant qui subit, mais aussi qui dénonce.

Je dénoncerai toujours ce que nous subissons mais la liste est extrêmement longue !

Cordialement, un prisonnier de Fleury-Mérogis.
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17300
Réputation : 365
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partenariat-OIP]communiqué : la transparence s’impose

Message  Tatie le Mer 01 Aoû 2018, 12:27

Communiqué :

Justice Pour Lucas.


Ce samedi 4 août 2018, toujours en hommage à notre défunt frère Lucas Harel, un rassemblement sera organisé devant la Maison d’Arrêt de Fleury-Mérogis, lieu du décès de Lucas.

Le rendez-vous est prévu pour 10h à Fleury-Mérogis pour ceux qui peuvent s’y rendre directement.
Cependant, l’idéal serait que nous fassions le nécessaire pour organiser des convois pour nous y rendre par groupe, donc les personnes véhiculées s’il vous plaît, veuillez vous présenter à 9h30, place des Cinéastes (parvis de l’ex-allée Abel Gance), idem pour les personnes piétonnes (pour éventuellement prendre les places disponibles dans les véhicules).

Le code couleur est le noir, toujours.

J’attire votre attention à tous ainsi que votre vigilance afin que cela se déroule de façon pacifique et sans débordements comme lors de la marche silencieuse !

En dépit de notre combat pour la recherche de la vérité, notre mission reste toujours de faire honneur à notre défunt frère Lucas comme il se doit.

Merci, venez nombreux, déterminés et en paix !
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17300
Réputation : 365
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partenariat-OIP]communiqué : la transparence s’impose

Message  Tatie le Mer 01 Aoû 2018, 12:29

ceux qui sont dans le coin, si vous voulez y aller pour soutenir les proches de Lucas et tenter d'obtenir la vérité pour lui !

dénoncer une situation particulière, c'est soutenir TOUS les détenus , donc le votre.. pensez-y...
avatar
Tatie
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 17300
Réputation : 365
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partenariat-OIP]communiqué : la transparence s’impose

Message  Mehdigwen le Mar 14 Aoû 2018, 21:51

Tatie a écrit:
MORTS A FLEURY : LETTRE OUVERTE D’UN PRISONNIER DE LA PLUS GRANDE PRISON D’EUROPE

Les événements tragiques survenus ces dernières semaines auraient dû mobiliser et interpeller les plus hautes autorités. 11 personnes sont mortes à Fleury : 8 prisonniers l’ont été annoncé dans la presse. Pour les 3 autres (un albanais, une femme turc et son mari quelques jours plus tard) c'est silence radio.

Ces événements tragiques et toute la lettre de cette personne incarcérée qui prend des risques pour dénoncer ce qui se passe à l'intérieur des prisons auraient dû nous mobiliser et nous interpeller.
Si nous, les premier-e-s concerné-e-s ne réagissons pas, alors qui le fera ?????

Actuellement, pour moi, plus de mots, même plus de colère face à cette prison qui tue, que des larmes ....

Mehdigwen
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 514
Réputation : 21
Age : 49
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partenariat-OIP]communiqué : la transparence s’impose

Message  Atipika le Mer 15 Aoû 2018, 00:11

J'avoue être de plus en plus choquée à chaque nouvelle annonce de décès, surtout qu'il y en a quand même qui sont hyper louches et on a l'impression qu'un gros mur opaque se dresse entre les familles et amis des victimes et la Vérité sur ces morts. Je plains tous ces gens et j'espère sincèrement qu'ils arriveront à savoir ce qui s'est passé.
Et c'est évident, vu le nombre impressionnant de "suicides" dans nos prisons, que l'institution carcérale va mal, que le système ne fonctionne plus/pas et qu'il faut tout repenser dans son ensemble.
Malheureusement pour ça il faudrait des politiques qui se penchent réellement sur tous les dysfonctionnements, mettent les moyens financiers nécessaires et surtout que cet argent soit utilisé à bon escient.
Il faudrait aussi que les murs des prisons ne soient plus aussi opaques et que toute la population sache les réelles conditions de vie des détenus (dont un grand nombre n'ont pas encore été reconnus coupables et sont pourtant traités comme du bétail, une sous-humanité).
D'après un article de l'OIP le nombre de décès depuis janvier 2018 est le même que sur l'ensemble de l'année précédente!
Pourquoi les politiques ne réagissent pas, c'est leur boulot non?!?!
avatar
Atipika
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 958
Réputation : 21
Age : 44
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partenariat-OIP]communiqué : la transparence s’impose

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum