Forum Prison
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 335 le Dim 18 Jan 2015, 19:14
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Atipika
 
Elodidie
 
Fleur d'espoir
 
Mafamilledabord
 
Dama
 
ano313
 
Coralie1234
 
clarisse56
 
Jade32
 
Rachelrr
 


[communiqué OIP] Perpignan : trois mois après le décès d’un détenu, la famille toujours privée de son corps

Aller en bas

[communiqué OIP] Perpignan : trois mois après le décès d’un détenu, la famille toujours privée de son corps

Message  Atipika le Mar 09 Oct 2018, 11:12

Like a Star @ heaven Perpignan : trois mois après le décès d’un détenu, la famille toujours privée de son corps Like a Star @ heaven

Depuis le décès de son compagnon à la maison d’arrêt de Perpignan, le 11 juillet dernier, Mme V. multiplie, en vain, les démarches afin de récupérer son corps et obtenir des informations sur les causes de sa mort. Ses courriers au procureur chargé de l’enquête sont restés sans réponses. Une situation kafkaïenne qui, si elle n’est pas des plus communes, est emblématique de l’abandon vécu par les familles lorsqu’une personne décède en détention, et de la désinvolture avec laquelle leur douleur peut être traitée.

Jeudi 12 juillet 2018, Madame V. est informée au téléphone du décès de son compagnon, père de ses deux enfants, survenu la veille. La directrice de l’établissement lui fait savoir qu’une autopsie aura lieu pour établir les causes de la mort et qu’un agent de police judiciaire prendra contact avec elle pour qu’elle puisse récupérer la dépouille.
Après plusieurs semaines sans nouvelles, Madame V. envoie un e-mail à la maison d’arrêt. La directrice lui répond qu’elle saisit les services du procureur pour avoir des informations, une enquête préliminaire étant systématiquement ouverte en cas de décès en détention. Puis silence à nouveau. Fin août, elle écrit encore. Elle demande quelles sont les démarches à entreprendre, souhaite obtenir le rapport d’autopsie, récupérer le corps, les affaires de son compagnon. On lui répond que sa demande a été transmise au procureur, qu’on lui enverra « peut-être » un message.
Elle finit par saisir directement le procureur, sans réponse. De guerre lasse, elle contacte les services médicaux-légaux de Montpellier, où le corps a été acheminé pour l’autopsie, afin d’y récupérer directement la dépouille. Impossible, lui explique-t-on, il faut au préalable obtenir un permis d’inhumer, délivré par le procureur. Celui-là même qui reste silencieux.
Cette situation n’est pas isolée. Les personnes dont un proche meurt en détention sont régulièrement confrontées à l’opacité de l’administration sur les causes du décès et à un déficit d’information sur les démarches à entreprendre, autant d’obstacles au processus de deuil. Dans cette affaire, ce processus ne peut même pas être entamé, faute pour la famille de pouvoir organiser les funérailles du défunt et se recueillir. Contacté par l’OIP, le procureur de la République n’a pas souhaité donner suite.

Écrit le 9 octobre 2018
avatar
Atipika
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 958
Réputation : 21
Age : 44
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [communiqué OIP] Perpignan : trois mois après le décès d’un détenu, la famille toujours privée de son corps

Message  Atipika le Mar 09 Oct 2018, 11:26

Quand on sait le nombre de détenu(e)s qui meurent en prison il faut espérer que toutes les familles n'aient pas le droit au même traitement que cette dame, c'est vraiment avoir peu de considération pour l'être humain qu'était avant tout ce détenu…
Au vu de tout ce que j'ai pu lire comme articles, ce qui est inquiétant, c'est que cette attitude face à la famille d'un(e) détenu(e) qui décède m'a l'air d'être la norme plutôt qu'une malheureuse exception.
C'est bien triste car faire son deuil dans ces conditions semble impossible et, quel que soit le crime ou le délit qui avait mené cet homme derrière les barreaux rien ne justifie qu'il n'ait pas le droit à avoir des funérailles comme tout un chacun.
avatar
Atipika
V.I.P.
V.I.P.

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 958
Réputation : 21
Age : 44
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [communiqué OIP] Perpignan : trois mois après le décès d’un détenu, la famille toujours privée de son corps

Message  Dama le Mar 09 Oct 2018, 11:31

Incroyable quand même. Qu'ont-ils à cacher? Faut pas 6 mois pour faire une autopsie....

Dama
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Niveau d'alerte : Aucun avertissement
Messages : 14
Réputation : 1
Age : 44
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [communiqué OIP] Perpignan : trois mois après le décès d’un détenu, la famille toujours privée de son corps

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum